En raison d'une pandémie venue mettre des bâtons dans les roues de son activité, avec des déplacements professionnels et culturels (concert, cinéma, restaurant) ayant marqué un sérieux coup d'arrêt, la société a dû solliciter fin mars la protection du tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles, écrit le quotidien économique.

Cette dernière a été validée à l'occasion de l'audience de ce mercredi 13 avril. L'avocate, Emmanuelle Bouillon (Janson), a été désignée comme mandataire de justice afin d'organiser et réaliser le transfert de tout ou partie des actifs de l'entreprise endéans un délai de trois mois.

Billy Bike compte à ce jour quelque 650 vélos déployés sur le sol bruxellois, auxquels 1.000 autres devaient être ajoutés à court terme, selon L'Echo.

La Région bruxelloise doit sauver Billy Bike

Pour Les Engagés (ex-cdH), la Région bruxelloise doit investir et sauver Billy Bike. Ils suggèrent de lancer un partenariat public privé avec l'entreprise pour développer le vélo en free-floating à Bruxelles. Le parti, qui siège dans l'opposition à la Région, demande également de rompre le contrat Villo qui la lie avec l'entreprise JC Decaux. À leurs yeux, celle-ci n'offre pas un service de qualité et la Région perd de l'argent. "Le momentum ne se présentera pas deux fois. L'alternative si elle ne fait pas ça, c'est de devoir, dans quelques années, lancer un service de vélos en free-floating depuis zéro, ce qui coûtera beaucoup plus cher aux Bruxellois. Et on aura perdu encore du temps", estime le député Christophe De Beukelaer, cité dans un communiqué.

En raison d'une pandémie venue mettre des bâtons dans les roues de son activité, avec des déplacements professionnels et culturels (concert, cinéma, restaurant) ayant marqué un sérieux coup d'arrêt, la société a dû solliciter fin mars la protection du tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles, écrit le quotidien économique. Cette dernière a été validée à l'occasion de l'audience de ce mercredi 13 avril. L'avocate, Emmanuelle Bouillon (Janson), a été désignée comme mandataire de justice afin d'organiser et réaliser le transfert de tout ou partie des actifs de l'entreprise endéans un délai de trois mois. Billy Bike compte à ce jour quelque 650 vélos déployés sur le sol bruxellois, auxquels 1.000 autres devaient être ajoutés à court terme, selon L'Echo.La Région bruxelloise doit sauver Billy BikePour Les Engagés (ex-cdH), la Région bruxelloise doit investir et sauver Billy Bike. Ils suggèrent de lancer un partenariat public privé avec l'entreprise pour développer le vélo en free-floating à Bruxelles. Le parti, qui siège dans l'opposition à la Région, demande également de rompre le contrat Villo qui la lie avec l'entreprise JC Decaux. À leurs yeux, celle-ci n'offre pas un service de qualité et la Région perd de l'argent. "Le momentum ne se présentera pas deux fois. L'alternative si elle ne fait pas ça, c'est de devoir, dans quelques années, lancer un service de vélos en free-floating depuis zéro, ce qui coûtera beaucoup plus cher aux Bruxellois. Et on aura perdu encore du temps", estime le député Christophe De Beukelaer, cité dans un communiqué.