Avec ses 21 magasins et 173 millions d'euros de chiffre d'affaires, Switch représente la principale enseigne de vente pour le géant américain Apple en Belgique. Le 31 mars dernier, à la clôture de son dernier exercice, le revendeur traînait des fonds propres négatifs de 9,6 millions et affichait une perte reportée de 15,5 millions.

Le rachat fin 2016 de son grand rival Easy-M, beaucoup plus gros que lui et surtout très endetté, a marqué le début de ses ennuis financiers, alors que la concurrence en ligne fait rage. Début août, Switch avait demandé la protection de ses créanciers. L'entreprise devait présenter à ceux-ci et à ses investisseurs un plan de relance pour le 1er février. Ce plan n'a pas abouti, a confirmé mercredi Harold Vanheel, CFO de Switch au journal De Tijd. Cependant, les candidats pour injecter de l'argent dans Switch ne manqueraient pas, poursuit-il dans L'Echo.

L'entreprise a dès lors introduit une demande de troisième phase de sa réorganisation judiciaire. À court terme, elle a besoin de cinq millions d'euros pour apurer une partie de ses fonds propres.

Avec ses 21 magasins et 173 millions d'euros de chiffre d'affaires, Switch représente la principale enseigne de vente pour le géant américain Apple en Belgique. Le 31 mars dernier, à la clôture de son dernier exercice, le revendeur traînait des fonds propres négatifs de 9,6 millions et affichait une perte reportée de 15,5 millions. Le rachat fin 2016 de son grand rival Easy-M, beaucoup plus gros que lui et surtout très endetté, a marqué le début de ses ennuis financiers, alors que la concurrence en ligne fait rage. Début août, Switch avait demandé la protection de ses créanciers. L'entreprise devait présenter à ceux-ci et à ses investisseurs un plan de relance pour le 1er février. Ce plan n'a pas abouti, a confirmé mercredi Harold Vanheel, CFO de Switch au journal De Tijd. Cependant, les candidats pour injecter de l'argent dans Switch ne manqueraient pas, poursuit-il dans L'Echo. L'entreprise a dès lors introduit une demande de troisième phase de sa réorganisation judiciaire. À court terme, elle a besoin de cinq millions d'euros pour apurer une partie de ses fonds propres.