Côté flamand, les aéroports d'Anvers (Deurne) et d'Ostende, propriétés de la Région, ont concédé leur gestion au groupe français Egis. Côté wallon, les aéroports de Liège et de Charleroi ont fait de même avec la Sowaer, une société de la Région wallonne. Pour ces deux derniers, l'exploitation a été confiée à des sociétés tierces - Liege Airport et BSCA (Brussels South Charleroi Airport), dont les actionnaires sont surtout belge...

Côté flamand, les aéroports d'Anvers (Deurne) et d'Ostende, propriétés de la Région, ont concédé leur gestion au groupe français Egis. Côté wallon, les aéroports de Liège et de Charleroi ont fait de même avec la Sowaer, une société de la Région wallonne. Pour ces deux derniers, l'exploitation a été confiée à des sociétés tierces - Liege Airport et BSCA (Brussels South Charleroi Airport), dont les actionnaires sont surtout belges - qui reversent les redevances aéroportuaires. Liege Airport est contrôlé à 50 % par NEB Participations (dont Nethys est le premier actionnaire), à 25 % par les Aéroports de Paris (ADPm) et à 25 % par la Sowaer. A Charleroi, la Sowaer contrôle 50,2% de BSCA ; le seul actionnaire privé est Belgian Airports, avec 27% des parts, contrôlé par la société italienne Save. L'aéroport de Zaventem/Bruxelles, lui, ne connaît pas la séparation entre la propriété de l'infrastructure et son exploitation. La société Brussels Airport contrôle à la fois les terrains et l'exploitation. L'Etat fédéral en possède 25%. Le solde, 75%, appartient à des actionnaires étrangers, des investisseurs du style fonds de pension ou assurance-vie : un fonds de pension canadien pour 39% (OTTP) et un australien pour 36% (Macquarie). Ce dernier tente d'ailleurs de vendre ses parts au fonds de pension néerlandais APG, à l'assureur Swiss Life et au fonds australien QIC. Quant aux ports, ceux d'Anvers et de Zeebrugge appartiennent aux autorités locales, tandis que celui de Liège appartient à la Région wallonne. Les villes d'Anvers et de Bruges possèdent les terrains et les principales infrastructures de leur port. Idem côté liégeois avec la Région. Les terminaux (pétrole, conteneurs, etc.) sont, eux, exploités par les entreprises privées qui les ont construits. Les autorités publiques agissent à travers des sociétés : Havenbedrijf Antwerpen pour Anvers, MBZ pour Zeebrugge et le Port Autonome pour Liège. Ainsi, le Port Autonome de Liège gère 33 ports le long de la Meuse et négocie des concessions jusqu'à 30 ans. Et Havenbedrijf Antwerpen gère les infrastructure communes (routes, quais, écluses) et signe des concessions jusqu'à 40 ans.