"Pour 2017, le coût total de l'incapacité de travail est estimé à 7,96 milliards d'euros. C'est la première fois de l'histoire que ce coût dépasse celui des allocations de chômage ", affirmait fin juin Kris Peeters, ministre en charge de l'Emploi et de l'Economie. Or, le burn-out (en première position) et le mal de dos (deuxième sur le podium) sont les causes les plus importantes d'absentéisme au travail. En 2015, selon les chiffres de l'INAMI, 8.208 travailleurs belges ont été victimes de burn-out (avec un arrêt de travail de plus d'un an), soit près du double de personnes par rapport à 2010 (4.574 cas d'épuisement professionnel). Des chiffres qui reflètent une évolution de nos manières de travailler, mais qui témoignent aussi d'une meilleure connaissance de cette maladie et donc d'un diagnostic plus fréquent par les médecins généralistes.
...

"Pour 2017, le coût total de l'incapacité de travail est estimé à 7,96 milliards d'euros. C'est la première fois de l'histoire que ce coût dépasse celui des allocations de chômage ", affirmait fin juin Kris Peeters, ministre en charge de l'Emploi et de l'Economie. Or, le burn-out (en première position) et le mal de dos (deuxième sur le podium) sont les causes les plus importantes d'absentéisme au travail. En 2015, selon les chiffres de l'INAMI, 8.208 travailleurs belges ont été victimes de burn-out (avec un arrêt de travail de plus d'un an), soit près du double de personnes par rapport à 2010 (4.574 cas d'épuisement professionnel). Des chiffres qui reflètent une évolution de nos manières de travailler, mais qui témoignent aussi d'une meilleure connaissance de cette maladie et donc d'un diagnostic plus fréquent par les médecins généralistes. Au lieu de se morfondre sur cette réalité, Anne Everard a décidé de prendre les choses en main en publiant un guide de survie à destination de ceux qui souffrent d'un burn-out ou qui pourraient en vivre un. L'auteur n'est ni médecin ni psychologue, mais n'est pas parvenue à se lever un matin, terrassée par le burn-out. Trois ans plus tard, Anne Everard publie le Guide du burn-out. Comment l'éviter, comment en sortir ? , un livre basé essentiellement sur des témoignages de burnies (ce petit surnom inventé par l'auteur pour désigner les personnes victimes de burn-out). D'après l'auteur, " tous les burnies passent par les mêmes émotions et les mêmes étapes. D'où l'intérêt de les mettre en lumière pour prévenir et guérir cette maladie ". Au coeur des vacances scolaires, comment recharger ses batteries ? Que mettre concrètement en place pour prévenir l'apparition d'un burn-out ? Ce guide pratique ainsi que Patrick Mesters, psychiatre, directeur et fondateur de l'EuropeanInstitute for Intervention & Research on Burn Out répondent à ces interrogations. 1) Comprenez les causes du burn-out" Pour comprendre l'origine du burn-out, souligne le Dr Mesters, il faut le percevoir dans une approche globale. Le burn-out a une dimension personnelle et professionnelle, psychologique et physique, individuelle et sociétale, mais aussi biologique. " Sur le plan professionnel, les principales causes de burn-out sont l'accélération du rythme du travail, l'hyper-connectivité, la perte de reconnaissance et de sens, et le débordement de la vie professionnelle sur la vie privée. " J'étais hyper-connectée en permanence, témoigne Olivia. De la maison, je me connectais à l'ordinateur du boulot, et du boulot à celui de la maison : penser à réserver ceci, payer cela, prendre rendez-vous, chercher un stage pour les enfants, etc. On jongle avec tout, jusqu'au jour où ça commence à poser un vrai problème. " Un surinvestissement dans sa vie privée peut aussi mener à une surchauffe généralisée : " Un mois avant mon burn-out, une dame qui s'occupait de mes enfants quelques heures par semaine m'a fait faux bond, explique Anne. Plutôt que de faire appel à la garderie, j'ai choisi d'aller les chercher à l'école moi-même. Du coup, mon travail avançait moins bien, et je travaillais le soir et le week-end. " S'ajoutent à la liste : les causes individuelles, c'est-à-dire la résistance de chacun face à la pression, et les causes sociétales, soit les conséquences de l'ère du " toujours plus, toujours mieux en moins de temps ". 2) Détectez les signes du burn-out" Trois types de signes doivent vous inciter à consulter votre médecin généraliste ", note le Dr Patrick Mesters, " l'épuisement physique (fatigue dont on ne récupère pas, douleurs sans diagnostic, troubles de la concentration, du sommeil, etc.), l'épuisement émotionnel (agressivité, cynisme, déshumanisation, etc.) et le désengagement (perte du sentiment de réalisation professionnelle pour des employés normalement brillants et motivés) ". Le Maslach Burnout Inventory (MBI) est un test d'évaluation du burn-out qui permet de détecter ces signes. En 22 questions, votre médecin généraliste peut évaluer votre état sur la base de trois paramètres : le sentiment d'épuisement émotionnel (vous sentez-vous vidé après une journée de travail ? ), la déshumanisation (craignez-vous que votre travail vous endurcisse émotionnellement ? ) et l'accomplissement personnel au travail (avez-vous l'impression d'avoir une influence négative sur vos collègues ? ). 3) Déconnectez-vousDepuis le 1er janvier 2017, la législation française autorise les travailleurs d'entreprises de plus de 50 salariés à se déconnecter de leurs applications professionnelles. Sans mode d'emploi précis, ce " droit à la déconnexion " invite l'employeur à définir des modalités précises pour déconnecter ses équipes. En Belgique, cette loi n'existe pas encore, mais Kris Peeters souhaite suivre la tendance française. En attendant, durant vos vacances, faites une détox numérique, fuyez votre smartphone, délaissez votre ordinateur professionnel, désactivez vos e-mails sur votre téléphone, etc. " Les petites consultations intempestives réactivent le stress provoqué par le travail. Or, il est nécessaire d'y couper court ", conseille le Dr Mesters. 4) Gardez une bonne hygiène de vieUne bonne hygiène de vie permet d'accroître la résistance de l'organisme au stress et vous prémunit de nombreuses maladies dont le burn-out. " La liste est longue, sourit le Dr Mesters. Mangez correctement, pratiquez un activité sportive régulière, évitez les excès, ayez une passion dans la vie, gardez des relations avec votre entourage, et maintenez une activité intellectuelle ou spirituelle pour conserver un sens à votre vie (philosophie, sophrologie, bénévolat, etc.). " Les vacances représentent le moment idéal pour instaurer ces nouvelles bonnes habitudes au quotidien. 5) Apprenez à vous ennuyer" Même si ce n'est pas dans vos habitudes, durant les vacances, prenez le risque de vous ennuyer ", répète le Dr Mesters. Cela vous permettra de libérer de l'espace dans votre esprit pour réfléchir, de prendre de la distance et de commencer à mettre des pistes en place pour la rentrée. Comment s'ennuie-t-on ? Promenez-vous, parlez avec votre entourage, isolez-vous de temps en temps pour entrer en contact avec vous-même. Bref, réservez-vous des moments de retrait. 6) Consolidez vos liensLorsque l'épuisement professionnel se déclare, le lien avec soi et avec les autres est perdu. " La personne qui souffre de burn-out ne se reconnaît plus, perd la plupart de ses contacts sociaux, ne trouve plus de sens à son travail, et est déconnectée de ses valeurs et de ses priorités ", explique le Dr Mesters. En vacances, reprenez contact avec vous-même et avec les autres en planifiant des moments de qualité avec vous, votre famille, votre couple et vos amis. 7) Planifiez le retour au travailDurant les vacances, vous avez plus de temps que durant le reste de l'année. Profitez-en pour planifier, dans votre futur agenda, des moments où vous ne ferez rien ou, du moins, des moments de réflexion et de détente hors du travail. Planifiez par exemple vos séances de sport, achetez déjà un abonnement de théâtre ou de cinéma pour vous réserver des moments de qualité en couple ou entre amis. " Par ailleurs ", ajoute le Dr Mesters, " apprenez déjà à dire 'non' aux sollicitations futiles et mettez un cadre afin de ne pas être submergé dès la rentrée ". Par Lauranne Garitte.