Ces dernières semaines, la question suivante m'a de nouveau taraudée : les femmes CEO et entrepreneures sont-elles traitées différemment de leurs homologues masculins ? La seule chose que je peux confirmer, c'est que je ne suis pas toujours prise au sérieux sous prétexte que je suis une femme. Les hommes m'affirment qu'on ne leur pose jamais de questions sur leur salaire ou sur la façon dont ils concilient vie privée et vie professionnelle. Et beaucoup de contrats me passent sous le nez parce qu'ils sont conclus dans un club privé réservé aux hommes ou dans la loge V.I.P. d'un club de football.

En tant que femme, puis-je également me faire une place dans ces "hauts lieux" ? Bien entendu. Mais je choisis de m'abstenir, et de faire des affaires d'une manière qui me correspond et qui n'est pas en contradiction avec d'autres facettes de ma vie.

Choix

Très souvent, les désavantages épinglés par les femmes découlent directement de leurs choix. Le noir ou le blanc, être mère à temps plein ou faire carrière : pourquoi choisir ? La plupart des femmes optent pour un mélange sain, à l'instar de beaucoup d'hommes. Je n'ai pas envie de traîner au bar tous les soirs et je préfère passer mes week-ends en famille plutôt qu'en voyage d'affaires. Cela entraîne des conséquences, mais je les accepte avec plaisir.

C'est ainsi que je suis actuellement en camp de mouvement de jeunesse. Mon compagnon et moi faisons partie d'une brigade de cuisiniers qui se rend en Ardenne chaque année avec quelque 170 jeunes filles. Cette équipe comprend des enseignants motivés et passionnés par leur travail (y compris pendant les vacances), ainsi que des personnes issues de secteurs divers (social, médical, construction) que l'on peut véritablement qualifier de workaholics le reste de l'année.

S'ils trouvent normal de reléguer le boulot au second plan pendant ces deux semaines, ils ne voient aucun inconvénient à ce que j'allume mon ordinateur portable au beau milieu de cette agitation. (Je ne suis en effet pas du genre à séparer travail et vie privée.) Ils s'amusent même de me voir recevoir 250 e-mails par jour et taper sur mon clavier plus vite qu'ils ne clignent des yeux.

Je ne veux pas lutter contre mon statut de femme

Une femme lutte contre les préjugés, contre ceux de ses interlocuteurs mais aussi contre les siens. De nombreuses femmes n'ont probablement pas la possibilité de poursuivre une carrière exceptionnelle. La faute aux préjugés dans certains cas. Mais il est parallèlement utopique de croire que l'on peut faire carrière à coups de nombreuses heures de travail, tout en étant une maman engagée et une tendre épouse. Nous devrions donc peut-être commencer par placer la barre un peu moins haut pour nous-mêmes.

Mes choix suscitent beaucoup de respect et d'enthousiasme tous azimuts (femmes et hommes confondus). Par ailleurs, j'intègre des idées de ma famille et de ma vie privée dans mes relations de travail et mes projets professionnels - et vice versa - et je trouve cette combinaison particulièrement enrichissante.

Priorités

Je ne veux pas lutter contre mon statut de femme, c'est une part substantielle de la personne que je suis. Tout est une question de choix et ceux-ci sont indépendants de mon sexe. À chaque femme ses priorités. Je pense qu'il est important d'être présent pour les enfants, dans les étapes importantes mais aussi dans la vie de tous les jours, d'avoir un conjoint qui me complète, me met au défi, m'inspire et me protège de moi-même. Mais je veux tout autant m'épanouir professionnellement, entreprendre des actions qui font sens et m'entourer de personnes aussi passionnées que moi.

J'effectue mes choix en fonction de ces priorités, ce qui implique de refuser ce qui va à leur encontre. Je ne veux pas faire le tour du monde ni avoir des insomnies causées par des difficultés de trésorerie, mais je tiens à aider mes enfants à faire leurs devoirs. En cas de difficulté, un choix s'impose alors entre revoir l'ordre de ses priorités ou faire des ajustements.

Je peux donc être une maman cool qui joue au foot et une femme ambitieuse qui fait carrière, mais aussi une cuisinière pour un mouvement de jeunesse et un modèle féminin dans le monde des start-up. Et je conseille à ceux·celles que cela dérange de se regarder dans le miroir de toute urgence.

Traduction : virginie·dupont·sprl