De plus en plus de Belges remplissent leur caddy dans les rayons des supermarchés français. La raison? Les prix affichés dans la grande distribution hexagonale, rendant les achats transfrontaliers plus attrayants.
...

De plus en plus de Belges remplissent leur caddy dans les rayons des supermarchés français. La raison? Les prix affichés dans la grande distribution hexagonale, rendant les achats transfrontaliers plus attrayants. Le gouvernement français a pris des mesures drastiques contre l'inflation qui n'est actuellement que de 5,8%, ce qui attire les consommateurs belges. Si les écarts de prix avec les Pays-Bas se sont réduits en raison de la concurrence acharnée sur le marché belge et la présence des magasins Jumbo, la différence avec la France est énorme. En Belgique, un caddy coûte aujourd'hui 12,33% plus cher que l'année dernière. Une famille de deux personnes dépense en moyenne 48 euros de plus qu'il y a un an pour les mêmes produits. Certains biens de consommation ont augmenté de façon plus importante: le beurre est devenu 30% plus cher, les produits tels que le papier toilette et le papier absorbant, 33% plus chers. Le prix des spaghettis a lui augmenté de 35% et celui de la moutarde, de 36%. Les fruits et légumes connaissent eux aussi une hausse de prix, mais plus limitée. Le différentiel de prix entre la France et la Belgique s'était pourtant réduit depuis quelque temps, même s'il était resté à l'avantage des enseignes françaises. Comment expliquer ces prix bas? D'abord par l'inflation qui est plus rapidement répercutée sur les prix en Belgique. En outre, les grandes enseignes françaises (Carrefour, Leclerc, Aldi, Auchan, Casino...) évoluent sur un marché où la concurrence est plus grande que chez nous, ce qui les incitent à éviter d'augmenter les prix pour conserver leurs clients. Les enseignes françaises multiplient également les promotions et les appliquent d'abord à domicile. Carrefour, par exemple, vient d'annoncer un gel des prix sur 100 produits en Belgique alors que cette action est déjà en cours en France depuis quelques semaines. Le coût du travail est également plus important en Belgique. Selon le spécialiste Gondola, à emploi comparable, il est 21% moins élevé aux Pays-Bas. En France, l'écart serait un peu moindre mais quand même de l'ordre de 13 à 15%. Une caissière en Belgique qui touche le même salaire qu'aux Pays-Bas coûte à l'entreprise 25 à 30% de plus. Une différence qui se retrouve évidemment aussi sur le ticket de caisse.