L'association Libra, composée de Facebook et d'autres acteurs du secteur technologique comme Spotify, Uber, Andreessen Horowitz et Coinbase, planifiait au départ la mise sur pied d'une monnaie globale adossée à un panier de devises. Ce projet est pour le moment mis au frigo. Les critiques des Etats, des b...

L'association Libra, composée de Facebook et d'autres acteurs du secteur technologique comme Spotify, Uber, Andreessen Horowitz et Coinbase, planifiait au départ la mise sur pied d'une monnaie globale adossée à un panier de devises. Ce projet est pour le moment mis au frigo. Les critiques des Etats, des banques centrales et des régulateurs, qui craignaient une déstabilisation du système monétaire international, ont été entendues. Les ambitions de Facebook n'ont cependant pas été remisées au placard. Novi, une filiale du réseau social, est prête à prendre du service, précise une source du Financial Times. Novi (anciennement Calibra), c'est le portefeuille en ligne qui accueillera la future cryptomonnaie Libra. Il est destiné à s'intégrer dans toute la galaxie des applications Facebook: Messenger, WhatsApp, Instagram, etc. Il permettra de faire des petits paiements entre amis, entre proches, peut-être même dans des commerces physiques ou en ligne. La force de ce dispositif, c'est qu'il tient dans notre smartphone et qu'il permettra de transférer de l'argent d'un seul clic, via des applica- tions familières, utilisées par des milliards de personnes dans le monde. Le Libra attend l'approbation du régulateur financier suisse pour lancer sa première version, adossée au dollar. Des versions locales de la cryptomonnaie, qui pourrait s'adosser à d'autres monnaies traditionnelles comme l'euro, sont attendues dans la foulée.