La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi une première hausse de ses taux d'intérêt de 0,25 point "en juillet" pour tenter d'endiguer l'inflation galopante en zone euro, un tournant historique après plus de dix ans de taux au plus bas.

Alors que les autres grandes banques centrales ont déjà amorcé le resserrement de leur politique monétaire, les gardiens de l'euro "ont l'intention de relever les taux d'intérêt de 25 points de base lors de la réunion en juillet", avant "une autre hausse en septembre", selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE.

La BCE a annoncé aussi qu'elle allait mettre fin "le 1er juillet" à ses rachats nets d'actifs, un préalable avant de commencer à relever ses taux au cours du même mois pour lutter contre l'inflation galopante en zone euro.

L'institut va toutefois continuer à "réinvestir, dans leur intégralité", les titres de son portefeuille arrivant à échéance, selon le communiqué.

Ces programmes de rachats de dette lancés en 2015 avaient permis de maintenir des taux d'emprunt favorables pour ménages, entreprises et Etats, dans un contexte d'inflation atone.

Prévision d'inflation relevée et de croissance abaissée pour 2022 et 2023

La Banque centrale européenne (BCE) a également relevé ses prévisions d'inflation, tout en abaissant celle de croissance du PIB, pour les années 2022 et 2023 en zone euro, en raison de la guerre en Ukraine qui va "continuer de peser sur l'économie".

Pour la zone euro, l'institution s'attend désormais à une inflation de 6,8% en 2022, qui devrait ensuite ralentir à 3,5% en 2023, et rester avec 2,1% en 2024 toujours au-dessus de son objectif des 2%.

La croissance du PIB devrait atteindre 2,8% en 2022 dans la zone euro, avant 2,1% en 2023, selon les nouvelles prévisions de la BCE publiées dans un communiqué à l'issue d'une réunion de politique monétaire.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi une première hausse de ses taux d'intérêt de 0,25 point "en juillet" pour tenter d'endiguer l'inflation galopante en zone euro, un tournant historique après plus de dix ans de taux au plus bas.Alors que les autres grandes banques centrales ont déjà amorcé le resserrement de leur politique monétaire, les gardiens de l'euro "ont l'intention de relever les taux d'intérêt de 25 points de base lors de la réunion en juillet", avant "une autre hausse en septembre", selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE. La BCE a annoncé aussi qu'elle allait mettre fin "le 1er juillet" à ses rachats nets d'actifs, un préalable avant de commencer à relever ses taux au cours du même mois pour lutter contre l'inflation galopante en zone euro.L'institut va toutefois continuer à "réinvestir, dans leur intégralité", les titres de son portefeuille arrivant à échéance, selon le communiqué. Ces programmes de rachats de dette lancés en 2015 avaient permis de maintenir des taux d'emprunt favorables pour ménages, entreprises et Etats, dans un contexte d'inflation atone.Prévision d'inflation relevée et de croissance abaissée pour 2022 et 2023La Banque centrale européenne (BCE) a également relevé ses prévisions d'inflation, tout en abaissant celle de croissance du PIB, pour les années 2022 et 2023 en zone euro, en raison de la guerre en Ukraine qui va "continuer de peser sur l'économie".Pour la zone euro, l'institution s'attend désormais à une inflation de 6,8% en 2022, qui devrait ensuite ralentir à 3,5% en 2023, et rester avec 2,1% en 2024 toujours au-dessus de son objectif des 2%. La croissance du PIB devrait atteindre 2,8% en 2022 dans la zone euro, avant 2,1% en 2023, selon les nouvelles prévisions de la BCE publiées dans un communiqué à l'issue d'une réunion de politique monétaire.