L'entrée en Bourse un temps envisagée d'une partie du capital de la banque, entièrement détenue par l'Etat, aurait permis l'arrivée d'argent frais pour financer la croissance de l'entreprise, a expliqué son président Jos Clijsters. Vu qu'elle n'a finalement pas eu lieu, Belfius a réduit le dividende à son actionnaire pour assurer son propre développement et maintenir des bases saines. "Plus jamais ça!", a insisté M. Clijsters en référence à la chute de Dexia en 2011.

Sur les 261 millions d'euros, qui portent le total en cinq ans à près de 1,3 milliard de dividende, 100 millions d'euros ont déjà été versés à l'Etat. Ce dernier avait nationalisé Belfius pour 4 milliards d'euros. Les fonds propres approchent désormais les 10 milliards d'euros, trois fois plus que lors de la reprise.

Les revenus de Belfius se sont élevés en 2019 à 2,489 milliards d'euros (+5%).

La banque a accordé pour 8,8 milliards d'euros de crédits aux particuliers, soit une hausse de 30%. Cette augmentation s'explique en partie par l'entrée en vigueur d'une législation plus restrictive en Flandre début 2020, à savoir la fin du bonus logement. En décembre, un total de 1,7 milliard d'euros a ainsi été accordé alors que la moyenne de ce mois est comprise entre 300 et 350 millions d'euros, a relevé M. Raisière.

Les prêts aux clients professionnels (9,4 milliards d'euros) et au secteur public (2,3 milliards) ont aussi progressé, respectivement de 6 et 21%.

L'épargne et les placements ont atteint un niveau historiquement élevé de 4,7 milliards d'euros (+33%), se félicite encore Belfius. "Sachant d'où on vient, c'est une marque de confiance forte de notre clientèle", s'est réjoui le président, par ailleurs extrêmement avare en commentaires sur sa succession.

La banque peut aussi se targuer d'avoir attiré 221.542 nouveaux clients lors de l'année écoulée et recruté 281 collaborateurs, portant son personnel à 6.166 équivalents temps plein. Son application mobile compte 1,4 million d'utilisateurs actifs (+13%).

Côté assurances, l'encaissement des primes a atteint 714 millions d'euros en non-vie - la tempête du printemps ayant donné lieu à 12.500 déclarations de sinistre supplémentaires - et 1,9 milliard en vie (+12%). Les revenus de l'activité se sont établis à 495 millions d'euros.

L'entrée en Bourse un temps envisagée d'une partie du capital de la banque, entièrement détenue par l'Etat, aurait permis l'arrivée d'argent frais pour financer la croissance de l'entreprise, a expliqué son président Jos Clijsters. Vu qu'elle n'a finalement pas eu lieu, Belfius a réduit le dividende à son actionnaire pour assurer son propre développement et maintenir des bases saines. "Plus jamais ça!", a insisté M. Clijsters en référence à la chute de Dexia en 2011. Sur les 261 millions d'euros, qui portent le total en cinq ans à près de 1,3 milliard de dividende, 100 millions d'euros ont déjà été versés à l'Etat. Ce dernier avait nationalisé Belfius pour 4 milliards d'euros. Les fonds propres approchent désormais les 10 milliards d'euros, trois fois plus que lors de la reprise. Les revenus de Belfius se sont élevés en 2019 à 2,489 milliards d'euros (+5%). La banque a accordé pour 8,8 milliards d'euros de crédits aux particuliers, soit une hausse de 30%. Cette augmentation s'explique en partie par l'entrée en vigueur d'une législation plus restrictive en Flandre début 2020, à savoir la fin du bonus logement. En décembre, un total de 1,7 milliard d'euros a ainsi été accordé alors que la moyenne de ce mois est comprise entre 300 et 350 millions d'euros, a relevé M. Raisière. Les prêts aux clients professionnels (9,4 milliards d'euros) et au secteur public (2,3 milliards) ont aussi progressé, respectivement de 6 et 21%. L'épargne et les placements ont atteint un niveau historiquement élevé de 4,7 milliards d'euros (+33%), se félicite encore Belfius. "Sachant d'où on vient, c'est une marque de confiance forte de notre clientèle", s'est réjoui le président, par ailleurs extrêmement avare en commentaires sur sa succession. La banque peut aussi se targuer d'avoir attiré 221.542 nouveaux clients lors de l'année écoulée et recruté 281 collaborateurs, portant son personnel à 6.166 équivalents temps plein. Son application mobile compte 1,4 million d'utilisateurs actifs (+13%). Côté assurances, l'encaissement des primes a atteint 714 millions d'euros en non-vie - la tempête du printemps ayant donné lieu à 12.500 déclarations de sinistre supplémentaires - et 1,9 milliard en vie (+12%). Les revenus de l'activité se sont établis à 495 millions d'euros.