Trichet : une "dynamique positive" mais une "incertitude élevée"

02/12/10 à 15:35 - Mise à jour à 15:35

Source: Trends-Tendances

La BCE, qui maintient son principal taux directeur inchangé à 1 %, a confirmé une "dynamique sous-jacente de la reprise positive", malgré une "incertitude élevée". L'institution poursuivra par ailleurs ses rachats d'obligations publiques... sans évoquer de montant.

Trichet : une "dynamique positive" mais une "incertitude élevée"

© Reuters

La BCE maintient son principal taux directeur inchangé à 1 %

La Banque centrale européenne a décidé jeudi de laisser son principal taux d'intérêt directeur inchangé à 1 %, a annoncé l'un de ses porte-parole. Cette décision était largement attendue par les économistes et les marchés financiers. Le taux est rivé à ce niveau, le plus bas de l'histoire de la BCE, depuis mai 2009.

En revanche, les marchés retiennent leur souffle concernant l'éventualité de voir la BCE annoncer une hausse conséquente de son programme de rachat d'obligations publiques et la possibilité de la voir prolonger ses mesures anticrise en faveur des banques au-delà de la fin de l'année.

Zone euro : la BCE table sur croissance de 1,4 % en 2011 et 1,7 % en 2012

La Banque centrale européenne table sur une croissance de 1,7 % en 2012 en zone euro, selon une première estimation, et a gardé inchangée sa prévision de croissance pour 2011, à 1,4 %, a annoncé jeudi son président, Jean-Claude Trichet.

Pour 2010, la BCE a revu sa prévision de croissance en légère hausse, à 1,7 %, contre 1,6 % jusqu'à présent. L'inflation en zone euro devrait atteindre 1,8 % en 2011 (contre 1,7 % prévu jusqu'ici), et 1,5 % en 2012.

La BCE a pour mission de maintenir la hausse des prix en zone euro à moyen terme à un niveau inférieur mais proche de 2 %. Pour 2010, l'inflation devrait ressortir à 1,6 %, un chiffre inchangé par rapport à la précédente estimation de la BCE en septembre.

Tous ces chiffres sont des moyennes calculées par l'AFP, la BCE publiant ses prévisions sous forme de fourchettes. Ainsi, elle table pour 2010 sur une croissance entre 1,6 % et 1,8 % et sur une inflation entre 1,5 et 1,7 point de pourcentage. Pour 2011, elle situe la croissance entre 0,7 % et 2,1 %, et l'inflation entre 1,3 % et 2,3 %. Pour 2012, elle prévoit une croissance entre 0,6 % et 2,8 %, et une hausse des prix entre 0,7 % et 2,3 %.

Zone euro : la reprise dans une dynamique "positive", selon la BCE

L'évolution récente de l'économie en zone euro a confirmé une "dynamique sous-jacente de la reprise positive", malgré une "incertitude élevée", a expliqué Jean-Claude Trichet lors de sa conférence de presse mensuelle à Francfort à l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE.

"Le conseil des gouverneurs continue de considérer les taux directeurs actuels comme appropriés", a-t-il ajouté. La BCE a décidé jeudi de laisser son principal taux directeur inchangé à 1 %, son plus bas niveau historique.

Pas vraiment rassurés par le sauvetage de l'Irlande, les marchés financiers avaient les yeux braqués jeudi sur Jean-Claude Trichet, dont ils espèrent une plus grande implication dans la gestion de la crise en zone euro.

La BCE prolonge son dispositif en faveur des banques

La Banque centrale européenne a décidé de prolonger son dispositif de refinancement à taux fixe et illimité sur trois mois en faveur des banques jusqu'à fin mars 2011, a annoncé jeudi Jean-Claude Trichet.

La BCE a aussi décidé de prolonger sa principale opération de refinancement (MRO) et son opération à un mois à taux fixe et montant illimité "aussi longtemps que nécessaire et au moins jusqu'au 12 avril 2011", a ajouté son président à l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs de l'institution financière à Francfort.

Ces mesures étaient guettées par les marchés et les analystes alors que beaucoup de banques des pays actuellement les plus fragiles de la zone euro dépendent encore des liquidités de la BCE pour se refinancer.

La BCE poursuit ses rachats d'obligations publiques... sans évoquer de montant

La BCE compte poursuivre son programme de rachats d'obligations publiques, a annoncé jeudi Jean-Claude Trichet, qui s'est refusé à préciser les montants envisagés et à commenter les chiffres qui circulent depuis deux jours.

Les marchés avaient anticipé une forte hausse de ces rachats et certains médias anglo-saxons ont évoqué des montants allant jusqu'à 1.000 milliards d'euros, voire le double. "Il ne s'agit pas d'assouplissement quantitatif (Ndlr, c'est-à-dire augmenter la quantité de monnaie sur le marché) : nous absorbons toutes les liquidités", a simplement déclaré le président de l'institution.

Depuis le début de ce programme exceptionnel, en pleine crise de la dette grecque en mai, la BCE a racheté pour 67 milliards d'euros de dette publique. Pour éviter une hausse de la masse monétaire en circulation, elle a retiré des liquidités d'un même montant sur le marché.

L'euro repart à la baisse pendant la conférence de presse de Trichet

L'euro repartait en nette baisse face au dollar jeudi, alors que le président de la Banque centrale européenne tenait une conférence de presse à Francfort et après l'annonce d'une hausse plus forte que prévu des inscriptions au chômage aux Etats-Unis. Vers 14 h GMT, l'euro valait 1,3064, sous le seuil des 1,31 dollar, contre 1,3138 dollar mercredi vers 22 h GMT.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires