Merkel et Sarkozy ont " manqué de respect " envers l'Italie

25/10/11 à 14:17 - Mise à jour à 14:17

Source: Trends-Tendances

Le président italien Giorgio Napolitano, unanimement respecté dans la Péninsule, a durement critiqué mardi le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel, coupables à ses yeux d'avoir manqué de respect envers son pays.

Merkel et Sarkozy ont " manqué de respect " envers l'Italie

© Image Globe

"Des expressions publiques inopportunes et désagréables concernant la faible confiance dans les engagements pris par l'Italie, et ce en marge de rencontres institutionnelles entre chefs de gouvernement, ne peuvent pas nous faire perdre de vue la substance des questions et des défis que nous devons affronter", a-t-il dit dans un communiqué.

Les mots "expressions publiques inopportunes et désagréables" visent les sourires amusés échangés par M. Sarkozy et Mme Merkel dimanche à Bruxelles devant la presse, en marge du sommet européen sur la crise de la zone euro.

Les deux dirigeants avaient ainsi réagi à une question sur les assurances que leur avait données M. Berlusconi quant aux mesures prises pour redresser les comptes budgétaires italiens.

Cet échange repris en boucle par les télévisions et sites internet a profondément blessé la classe politique et l'opinion publique italiennes, même si Berlin et Paris ont minimisé en parlant de malentendu, selon la presse locale.

"Personne ne menace notre pays ni ne peut prétendre le mettre sous tutelle. Depuis 60 ans, nous avons accepté des limites à notre souveraineté, dans des conditions d'égalité avec les autres pays, et nous l'avons fait pour construire une Europe unie", a poursuivi le président Napolitano.

"Aujourd'hui plus que jamais, nous sommes tous dans la même barque sur une mer déchaînée. Chaque pays doit faire son propre devoir et nous devons nous garantir mutuellement l'indispensable solidarité", a estimé le chef d'Etat italien.

M. Napolitano s'est aussi adressé à M. Berlusconi en soulignant que "pour l'Italie, le moment est venu de définir +les nouvelles décisions de grande importance+ annoncées officiellement", lundi par le Cavaliere, mais pas adoptées.

Trends.be avec Belga

Nos partenaires