Les pensions bientôt augmentées de 25 % ?

11/02/10 à 08:22 - Mise à jour à 08:22

Source: Trends-Tendances

La FGTB propose d'augmenter les pensions d'un quart en relevant progressivement le pourcentage de calcul de 60 % à 75 % du salaire promérité pour les travailleurs du secteur privé, a annoncé le syndicat socialiste dans un communiqué mercredi.

Les pensions bientôt augmentées de 25 % ?

© Thinkstock

"Cette mesure coûterait 2,4 milliards d'euros, y écrit le syndicat socialiste. Pour ce faire, la FGTB est disposée à relever les cotisations personnelles des travailleurs à condition que les employeurs et l'Etat fassent le même effort. Pour l'Etat, cette dépense supplémentaire pourrait être compensée par la suppression des avantages fiscaux liés à l'épargne pension individuelle (troisième pilier)."

Le syndicat a rappelé que les pensions étaient trop basses en Belgique et que le premier pilier (pension légale) "est le seul régime qui garantit une pension correcte à tous les travailleurs, y compris à ceux qui sont victimes d'un licenciement ou qui souffrent d'une maladie de longue durée".

La FGTB estime par ailleurs que le second pilier (pension complémentaire) "est loin d'être accessible à tous et que les avantages fiscaux accordés dans le cadre du troisième pilier sont également discriminants".

La conférence sur les pensions doit "aboutir des améliorations, non pas à une régression sociale, comme certains l'avancent en proposant un Pacte des générations bis"

Pensions : le cabinet restreint crée deux groupes de travail

Le cabinet restreint a pris acte, mercredi, du projet de livre vert relatif aux pensions. Celui-ci a été remis à la task force de la Conférence nationale des pensions, qui est invitée à statuer sur son contenu. Fort de 365 pages - dont 58 pages d'annexes - ce projet se veut le réceptacle de toutes les questions pertinentes qu'il convient de se poser quant au devenir des pensions et auxquelles devra répondre le livre blanc.

Le cabinet restreint a décidé de créer deux groupes de travail. Le premier, constitué de représentants des vice-Premiers ministres, de la ministre de la Fonction publique, Inge Vervotte, et du secrétaire d'Etat Melchior Wathelet, s'intéressera à la question des pensions des agents non nommés de la fonction publique. Il se réunira aujourd'hui jeudi. L'autre groupe de travail, qui se penchera sur la Conférence nationale des pensions, sera également composé d'un représentant de la ministre des Classes moyennes, Sabine Laruelle. Il se réunira vendredi.

Michel Daerden, ministre des Pensions, a demandé aux membres de la task force de se réunir les 19 et 26 février afin de statuer sur le contenu du livre vert. Il espère présenter le livre vert au conseil des ministres dans la première quinzaine du mois de mars. Dans la foulée, le livre vert fera l'objet d'un débat au sein du Parlement et de la société civile via l'organisation de tables rondes. L'objectif est d'aboutir à la rédaction du "livre blanc" pour la fin du premier semestre de 2010.

La task force est présidée par Michel Daerden et coordonnée par Michel Jadot en étroite collaboration avec le cabinet du ministre des Pensions. Ses membres, outre un représentant de chaque vice-Premier ministre et un représentant du cabinet de la ministre des Indépendants, sont Gabriel Perl (administrateur général de l'Office national des pensions), Johan Janssens (administrateur général du Service des pensions du secteur public), Ludo Paeme (administrateur général de l'Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants), Jan Gysen (administrateur général de l'Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales), Daniel Van Daele (secrétaire fédéral de la FGTB), Marie-Hélène Ska (secrétaire nationale de la CSC), Sabine Slegers (secrétaire nationale de la CGSLB), Bernadette Adnet (première conseillère de la Fédération des entreprises de Belgique), Anne Vanderstappen (conseillère Affaires sociales de l'Unizo) et Marc Heusschen (administrateur-directeur de l'Union des classes moyennes).

Le ministre des Pensions a indiqué mardi, en commission de la Chambre, qu'il fallait tenter de gagner en moyenne trois ans dans le maintien au travail des 55 ans et plus.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires