La Grèce face à une négociation "très difficile" sur le prêt de la zone euro

02/01/12 à 17:01 - Mise à jour à 17:01

Source: Trends-Tendances

La Grèce se prépare à une "très très difficile négociation" avec l'UE et le FMI, ses bailleurs de fonds, pour débloquer le nouveau prêt promis par la zone euro fin octobre, a mis en garde lundi le porte-parole du gouvernement, Pantelis Kapsis.

La Grèce face à une négociation "très difficile" sur le prêt de la zone euro

© Reuters

M. Kapsis a lancé cet avertissement sur la radio Skaï, dans la perspective du retour attendu le 16 janvier à Athènes de la troïka, la délégation représentant les créanciers de la Grèce.

"J'ai l'impression que ces derniers temps, il y a comme un petit relâchement (...) en réalité les problèmes sont devant nous, il y aura une très très difficile négociation avec la troïka pour décrocher le prêt", a souligné le porte-parole.

Le ministère des Finances a indiqué compter sur le versement d'environ 85 milliards d'ici fin février, notamment pour éponger des besoins de financement estimés par les médias à quelque 14 milliards en mars.

"Nous avons un énorme travail devant nous, et nous devons tous être à la hauteur de la tâche car il n'est absolument pas acquis que le danger soit passé", a insisté M. Kapsis, qualifiant également de "très difficile" l'autre négociation menée par la Grèce, cette fois avec ses créanciers privés, pour l'effacement d'une partie de sa dette.

Selon les médias grecs, la troïka va notamment réclamer de nouvelles coupes dans les retraites complémentaires et dans les emplois publics.

Mettant en garde contre le risque d'une "faillite désordonnée" et d'une sortie de l'euro, le Premier ministre, Lucas Papademos, avait souligné samedi sa détermination à prendre les mesures nécessaires.

Mais cet ex-banquier central désigné en novembre après l'éviction de son prédécesseur élu, le socialiste Georges Papandréou, a fort à faire pour accorder les trois partis, socialiste, conservateur et d'extrême droite, qui soutiennent son exécutif, censé organiser des élections anticipées au printemps.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires