Espagne : les 17 régions autonomes bientôt "dégradées" ?

29/06/11 à 11:24 - Mise à jour à 11:24

Source: Trends-Tendances

Les 17 régions autonomes d'Espagne risquent d'être mises à la diète par l'Etat espagnol... et donc de voir leur notation abaissée par Moody's.

Espagne : les 17 régions autonomes bientôt "dégradées" ?

© Reuters

Moody's a averti mardi les 17 régions autonomes espagnoles qu'il pourrait baisser leur note faute de mesures pour réduire leur déficit, après l'annonce par le chef du gouvernement d'une proposition visant à limiter leur budget.

"Si les régions espagnoles n'accomplissent pas des progrès considérables en matière budgétaire, leur notation subira une forte pression à la baisse", a averti l'agence dans un communiqué. Selon celle-ci, "certains gouvernements régionaux espagnols pourraient dépasser la limite au déficit pour 2011, fixée à 1,3 % du PIB".

"Si les régions ne prennent pas de nouvelles mesures", Moody's estime que "le déficit régional dépassera de 0,75 point de pourcentage l'objectif initial de 1,3 % du PIB".

L'agence de notation stigmatise "les prévisions de recettes trop optimistes des régions", "leurs difficultés à contrôler des dépenses très rigides en matière de santé et d'éducation", et "le manque de volonté de certaines, de s'engager à prendre des mesures de consolidation budgétaire avant les élections régionales de mai 2011".

En 2010, le déficit des 17 régions espagnoles a atteint 2,83 % du PIB, après 1,92 % en 2009, contre un objectif officiel de 2,4 %.

José Luis Rodriguez Zapatero, chef du gouvernement espagnol, a annoncé mardi son intention de proposer de fixer une limite de budget aux 17 régions autonomes, qui suscitent depuis plusieurs mois l'inquiétude des marchés en raison de leur endettement élevé. Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi qu'il réduirait son budget pour l'année 2012 de 3,8 % par rapport à 2011, poursuivant sa politique d'austérité avec comme objectif la baisse de son déficit public.

Cet objectif est considéré comme prioritaire par Madrid, qui vise 6 % du PIB en 2011 et 3 % en 2013, après 9,24 % en 2010. Son déficit s'était envolé à 11,1 % en 2009.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires