Création d'emplois: le Bureau du plan bien moins optimiste que la BNB

04/02/15 à 14:46 - Mise à jour à 16:14

Source: Belga

Les mesures prises par les gouvernements fédéral, communautaires et régionaux créeront 16.300 emplois à l'horizon 2020, a calculé le Bureau du plan, un résultat bien en-deçà d'une simulation moins fouillée réalisée il y a quelques semaines par la Banque nationale qui avait tablé sur 56.000 emplois.

Création d'emplois: le Bureau du plan bien moins optimiste que la BNB

Image d'illustration © iStock

Le Bureau du plan fait également état d'un recul du revenu des ménages d'1,2% et du PIB en volume de 0,4%.

La Banque nationale s'était limitée à calculer l'effet du saut d'index, de la baisse des charges, de l'augmentation des frais forfaitaires et du bonus emploi. Le Bureau du plan a pris en compte le saut d'index, les baisses de charges, l'ensemble des mesures fiscales, la baisse de dépenses de l'Etat fédéral ainsi que les mesures décidées par les Régions et Communautés.

Il en résulte, par rapport à une situation à politique inchangée, un recul du PIB en volume de 0,4%, la création de 16.300 emplois, une évolution déflatoire de la consommation des particuliers de -0,5%, un recul des revenus disponibles des ménages d'1,2%. Le Bureau du plan estime notamment à 29.000 le nombre d'emplois perdus dans la fonction publique.

La Banque nationale avait prédit une croissance du PIB de 0,2% et du revenu des ménages de 0,4%.

Au-delà de la législature, le Bureau du plan s'est également lancé dans des projections à l'horizon 2060. Cette fois, la croissance de l'emploi et la croissance économique progressent de 4,8% par rapport à une situation à politique inchangée.

La Banque nationale et le Bureau du plan ont présenté mercredi leurs études devant la Commission des Affaires sociales de la Chambre à l'occasion d'une journée d'auditions sur l'impact des mesures gouvernementales.

Celle-ci a donné lieu à un débat animé. La majorité s'est étonnée que l'étude du Bureau du plan n'intègre pas la totalité des mesures décidées par le gouvernement.

Cette remarque a fait sortir de ses gonds l'opposition, en particulier le chef de groupe Ecolo-Groen Kristof Calvo qui s'est rappelé des félicitations prononcées par la majorité lors de la présentation bien plus partielle de l'étude de la BNB datant de novembre dernier.

Un incident a également émaillé les travaux de la Commission quand le commissaire adjoint au Bureau du plan Jan Verschooten (étiqueté sp.a) a fait état des difficultés de fonctionnement de son institution concernée par les mesures d'austérité qui lui coûtent 10% de sa dotation, soit 10 emplois.

Ce dernier a été rappelé à l'ordre par le député Open Vld Egbert Lachaert, défenseur de l'efficacité du secteur privé. Ici, on touche à une expertise, je ne suis pas certain que des consultants privés feront nécessairement mieux et certainement pas pour moins cher, a dit en substance M. Verschooten.

Nos partenaires