Plus 3.500 travailleurs des entreprises du Centre se sont mobilisés à La Louvière

14/11/12 à 11:57 - Mise à jour à 11:57

Source: Trends-Tendances

(Belga) Plus de 3.500 travailleurs de la région du Centre, conduits par les sidérurgistes louviérois, se sont mobilisés à l'appel des organisations syndicales dans le cadre de la journée d'action contre l'austérité.

La crise que vit la sidérurgie louviéroise actuellement a été un incitant supplémentaire à la grande mobilisation des travailleurs dans les rues de La Louvière mercredi matin. Plus de 3.500 personnes ont défilé entre la place communale et la place Mansart, où doivent avoir lieu des prises de parole. "La crise dans le sidérurgie chez Duferco et NLMK La Louvière a certainement donné un coup de pouce à la mobilisation des travailleurs aujourd'hui. Mais le contexte économique général dans la région du Centre a également poussé les travailleurs à se mobiliser en masse", a indiqué Manuel Morais du SETCa Centre, rappelant les pertes d'emplois dans un passé récent, notamment chez Royal Boch. Les représentants des travailleurs de Duferco et NLMK rencontreront jeudi les directions des deux entreprises sidérurgiques louviéroises pour une première analyse du plan financier proposé. "Notre objectif est de minimiser l'impact sur l'emploi du plan de réduction des coûts annoncé par les deux directions", précise Manuel Morais, indiquant que 601 emplois sur 1.357 seraient concernés par les mesures d'économie. "Nous allons d'abord travailler sur le plan industriel pour limiter la casse, car pertes d'emplois il y aura dans tous les cas. Nous devrons, dès lors, trouver des mesures douces comme, par exemple, abaisser l'âge de la prépension pour éviter les licenciements secs. Si cela ne suffisait pas, il faudra, par exemple, imaginer un système d'incitant aux départs volontaires. Enfin, nous tenons à souligner que les négociations avec les directions doivent être sérieuses et que des solutions durables sont attendues", a-t-il ajouté. D'après le SETCa Centre, les négociations devraient pouvoir aboutir fin décembre. "Le délai de fin novembre avait été demandé, mais cela ne nous semble pas très réaliste", a conclu le syndicaliste. (VIM)

Nos partenaires