Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/05/14 à 14:36 - Mise à jour à 14:35

Ne risque-t-on pas d'arriver à un taux de 0% pour les comptes d'épargne?

Les épargnants ne s'en rendent pas assez compte mais il est clair que les banques centrales, en maintenant des taux d'intérêt très bas, sont en train de tuer lentement mais sûrement les épargnants qui laissent dormir leurs avoirs sur un simple livret d'épargne. Les économistes appellent cela l'euthanasie des rentiers. Le mot "rentier" devant être compris comme "vivant de ses rentes", autrement dit de ses intérêts, et non pas comme une insulte destinée à des personnes qui seraient purement oisives !

Vous me direz que ce n'est pas nouveau comme information, et que cela n'empêche pas les Belges de laisser dormir 252 milliards d'euros sur ces livrets d'épargne. C'est vrai, mais ce discours prend aujourd'hui encore plus de pertinence. Plusieurs banques, dont le leader sur le marché, à savoir BNP Paribas Fortis, viennent encore de baisser leurs taux d'intérêt. La plupart des comptes, qu'ils soient traditionnels ou même online, proposent maintenant un taux de base de 0,4% et une prime de fidélité de 0,1% depuis ce 21 mai. Autant dire, que cela fait tout juste 0,5% de rendement global sur un an. En tenant compte de l'inflation, votre compte d'épargne vous coûte en réalité de l'argent !

Et inutile d'aller se plaindre chez votre banquier, il vous dira que si votre rendement est aussi faible, c'est parce que lui-même n'arrive pas à placer sa trésorerie à de meilleures conditions sur le marché car les taux d'intérêt à court terme et à long terme sont extrêmement bas. C'est vrai sauf que cette baisse des taux est unilatérale car les taux d'intérêt débiteurs, et notamment pour les crédits de caisse, ne baissent pas ; c'est donc un discours à moitié plausible.

L'autre question qui se pose aujourd'hui c'est jusqu'où iront les banques pour soi-disant rémunérer votre compte d'épargne ? A ce rythme-là, ne risque-t-on pas d'arriver bientôt à un taux de zéro pour cent ? Théoriquement cela ne serait pas impossible mais psychologiquement, cela serait désastreux ! Pas mal d'observateurs pensent que les banques n'iront pas jusqu'à offrir un taux de 0%.
En réalité, c'est un débat purement symbolique, car déjà aujourd'hui, je le répète, en tenant compte de l'inflation, la plupart des comptes d'épargne offrent un rendement négatif. L'euthanasie des épargnants, théorisée il y a plus de 60 ans par l'économiste britannique Keynes, est donc bien à l'oeuvre.

Nos partenaires