Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

28/07/11 à 10:35 - Mise à jour à 10:35

Les opérateurs télécoms souffrent plus que par le passé

Les tout derniers chiffres disponibles montrent que les opérateurs télécoms souffrent un peu plus que par le passé. Mobistar, Base ou Belgacom, toutes ces entreprises doivent en faire beaucoup plus aujourd'hui pour maintenir le même profit.

Les tout derniers chiffres disponibles montrent que les opérateurs télécoms souffrent un peu plus que par le passé. Mobistar, Base ou Belgacom, toutes ces entreprises doivent en faire beaucoup plus aujourd'hui pour maintenir le même profit.

Ils doivent en faire plus parce que les réglementations ne leur laissent pas le choix. Que ce soit au niveau de l'Europe qui leur a imposé une baisse des tarifs de roaming, çàd des appels mobiles à l'étranger, c'est tout bénéfice pour nous autres consommateurs. Mais cela plombe les résultats des opérateurs télécoms. Cette pression à la baisse est aussi le résultat de l'IBPT, notre gendarme national des télécoms. L'IBPT a ainsi imposé en Belgique une baisse des tarifs de terminaison, çàd une baisse des prix que les opérateurs se facturent entre eux pour les appels qui passent d'un réseau à l'autre.

Toutes ces baisses des prix imposés par le régulateur européen et belge ont donc impacté négativement les résultats de firmes comme Mobistar et KPN Base. Quant à Belgacom, il faudra attendre la publication des résultats pour en savoir plus, mais a priori, l'impact devrait être le même.

Il faut dire qu'en plus des baisses de tarifs imposés, la concurrence est rude dans le secteur des télécoms. La maison mère de Base a même reconnu qu'elle avait souffert de la téléphonie gratuite sur internet. Pour corser encore plus la vie des dirigeants de ces entreprises de télécoms, il y a les rumeurs. La première rumeur porte sur Belgacom, il se susurre que Deutsche Telekom aimerait bien racheter Belgacom. Info ou intox, personne ne le sait, mais ce qui est sûr, c'est qu'un gouvernement en affaires courantes ne pourra pas prendre une telle décision, vu que l'Etat détient la majorité du capital de Belgacom. L'autre rumeur voudrait que l'actionnaire principal de Mobistar, le français France Telecom vende un jour ou l'autre sa filiale belge. Pour le moment, cette rumeur est démentie par la France mais personne ne semble croire ce démenti. La machine à fantasme continue donc de tourner.

Nos partenaires