Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/05/11 à 11:12 - Mise à jour à 11:12

Le dollar, l'or et la prédiction de Lénine

La Bourse a décidé de nier la réalité et de rester positive quoi qu'il arrive. C'est un peu le sentiment que l'on a lorsqu'on observe son évolution.

La Bourse a décidé de nier la réalité et de rester positive quoi qu'il arrive. C'est un peu le sentiment que l'on a lorsqu'on observe son évolution. Prenons le cas de la semaine qui vient de s'écouler. On a d'abord appris qu'il y avait un ralentissement de l'activité aux Etats-Unis. Cette mauvaise nouvelle n'a pas du tout influencé la Bourse. Ensuite, on a appris que les chiffres du chômage, au lieu de s'améliorer aux Etats-Unis, se sont détériorés. En bonne logique, les deux mauvaises nouvelles cumulées auraient dû faire chuter les cours. Eh bien non, la Bourse n'a pas vacillé. Au contraire, elle a continué sur sa lancée positive !

Si la Bourse fait semblant de ne pas voir ces signaux négatifs, c'est pour une raison un peu inavouable. Les investisseurs partent du principe qu'avec une activité faiblarde et un taux de chômage qui reste élevé, la banque centrale américaine n'aura pas d'autre choix que de maintenir les taux d'intérêt très proches de zéro, comme c'est le cas aujourd'hui. Autrement dit, emprunter de l'argent aux Etats-Unis ne coûte quasiment rien, et ne coûtera pas plus demain. Les investisseurs continueront donc à profiter de cette situation anormale pour gagner de l'argent en Bourse.

Pour autant, ils ne sont pas idiots. Ils savent que, si les taux d'intérêt sont maintenus aussi proches de zéro par la Réserve fédérale, c'est parce que celle-ci a décidé de laisser filer le dollar pour doper les exportations. Elle le fait d'autant plus facilement qu'en plus des taux d'intérêt maintenus à 0 %, la même banque centrale imprime des billets verts par centaines de milliards. Des dollars qui sont créés à partir de rien et sans contrepartie. Tous ces milliards de dollars créés au départ d'un clic de souris visent le même but : permettre à la Fed d'acheter de la dette publique américaine dont même les Chinois commencent à ne plus vouloir !

Chacun sait maintenant que le dollar continuera à se déprécier face à l'euro. Or, un dollar qui continue de fondre profite à l'or, qui devrait continuer de grimper.

Au fond, la hausse continue du métal jaune est une sorte de référendum contre la planche à billets. La flambée de l'or ne fait que reprendre la vieille prédiction de Lénine : "Le meilleur moyen de détruire le capitalisme, c'est de débaucher sa monnaie." C'est ce qui se passe aujourd'hui et explique que l'or continuera de bien se porter.

Nos partenaires