Sony : "La première étape d'un plan d'attaque en règle"

12/02/13 à 16:37 - Mise à jour à 16:37

Source: Trends-Tendances

La marque japonaise lance le smartphone Xperia Z. Sony a l'ambition de s'imposer comme n°3 du secteur, derrière Apple et Samsung.

Sony : "La première étape d'un plan d'attaque en règle"

© Sony

Présenté lors du CES, le salon high-tech de Las Vegas, où il avait reçu un bon accueil, le nouveau smartphone de Sony débarque en Belgique. Le Xperia Z sera commercialisé dans les prochaines semaines au prix de 649 euros. Ce téléphone mobile haut de gamme présente quelques atouts : il embarque la 4G, une puce NFC, un lecteur vidéo full HD, un écran 5 pouces et se recharge en 30 minutes. Plus anecdotique : c'est le premier appareil waterproof, ce qui devrait intéresser les distraits qui plongent dans une piscine avec leur GSM en poche.

Citadelles imprenables

Avec cet appareil, Sony espère bousculer le marché du smartphone. Dans ce secteur, la marque japonaise s'attaque à deux citadelles qui semblent imprenables : Apple (25 % du marché mondial) et Samsung (40 %). Nokia, Blackberry, HTC et Sony se partagent les miettes. " L'objectif est de s'imposer comme numéro 3 du marché mondial. Pour être crédible, nous devons approcher les 20 % de parts de marché ", avance Pierre Perron, président de Sony Mobile North Western Europe.

Un objectif très ambitieux pour Sony, qui se débat avec des résultats financiers alarmants. Cela fait quatre ans que l'entreprise japonaise annonce des pertes. Lors des derniers résultats trimestriels, Sony a encore fait état de 114 millions de dollars de pertes nettes. L'entreprise supprimera 10.000 postes, mais espère revenir dans le vert d'ici fin 2013.

Convergence et contenus

La division mobile de Sony est attendue au tournant. Contrairement au ventes globales de téléviseurs et d'appareils photos, qui stagnent, les ventes d'appareils mobiles explosent. 700 millions de smartphones ont été vendus au niveau mondial en 2012. Problème : Sony n'a pas encore réussi à en tirer profit. La marque peine à s'imposer sur le marché du smartphone haut de gamme (style iPhone ou Samsung Galaxy SIII), le plus lucratif du moment sur la planète techno. " Si nous voulons gagner de l'argent, nous devons faire progresser nos parts de marché sur ce segment. C'est là que se situent les plus gros espoirs de rentabilité ", atteste Pierre Perron.

Sony estime avoir trouvé la clé pour convaincre l'utilisateur d'opter pour ses produits. L'un des atouts de l'entreprise réside dans les contenus dont dispose le groupe, que ce soit dans la musique (Sony Music), le cinéma (Sony Pictures) ou le jeu vidéo (Playstation). Sony mise sur la convergence entre ses différents appareils électroniques (smartphone, tablette, téléviseur, ordinateur, appareil-photo), qui communiquent entre eux et sur lesquels l'utilisateur doit pouvoir retrouver le même contenu, par l'intermédiaire des applications maison comme Play Memories. " La convergence, on en parle depuis 15 ans, mais personne, pas même Samsung et Apple, n'a trouvé la bonne recette. Chez Sony, nous avons réussi à intégrer nos produits afin d'enrichir l'expérience des utilisateurs ", assure le président de Sony Mobile North Western Europe.

Briser le duopole

En rachetant fin 2011 les 50 % de parts détenues par Ericsson dans Sony Ericsson, pour un montant d'un milliard d'euros, Sony espérait avoir les mains libres pour - enfin - percer sur ce marché alléchant. La sortie du Xperia Z concrétise cette ambition. " Le smartphone est coeur de la stratégie de Sony, explique Pierre Perron. Nous ne pouvons pas nous tromper. Et on ne se trompera pas. "

La sortie de ce smartphone, pour lequel Sony Belgique a doublé ses investissements en marketing, ressemble cependant au lancement de la dernière chance. " Pas du tout. C'est la première étape d'un plan d'attaque en règle, réagit Pierre Perron. Nous voulons briser le duopole Apple-Samsung. "

Gilles Quoistiaux

En savoir plus sur:

Nos partenaires