Pourquoi les nouveautés du moteur de Google font polémique

20/06/11 à 11:38 - Mise à jour à 11:38

Source: Trends-Tendances

Recherche instantanée avec Instant Pages, reconnaissance vocale et recherche par images : autant de nouveautés que Google réserve aux utilisateurs de son navigateur Chrome.

Pourquoi les nouveautés du moteur de Google font polémique

© Reuters

Google ne se repose pas sur ses lauriers en matière de recherche sur l'Internet. Le n° 1 incontesté du secteur a présenté la semaine dernière plusieurs nouveautés. Mais l'objectif est peut-être moins d'asseoir sa suprématie que d'utiliser ces nouvelles fonctionnalités pour imposer son navigateur Chrome. Car elles seront réservées aux utilisateurs du navigateur maison. Reste à savoir si l'argument peut vous convaincre. Tour d'horizon.

Réponse instantanée

L'idée d'Instant Pages simple. Par défaut, Google récupère une copie de la page Web qui figure en tête de la liste des résultats d'une recherche publiée par son moteur. Une astuce qui permet d'afficher quasi instantanément cette page dans le cas où l'internaute clique sur le lien. "En moyenne, une page Web prend 5 secondes pour s'afficher, alors qu'avec Google Instant, c'est quasi immédiat et totalement transparent pour l'utilisateur", assure Johanna Wright, responsable produit de Google Search, dans une interview à LExpansion.com.

Selon Google, un internaute prend aussi environ 9 secondes pour lancer une requête et 15 secondes pour choisir une page dans la liste des résultats. "Avec Autocomplete, qui prédit la requête de l'utilisateur, Google Instant qui affiche une liste de résultats au fur et à mesure que les lettres sont tapées, et maintenant Instant Pages, nous arrivons à réduire au moins de moitié le temps d'une recherche", ajoute la responsable de Google. Ce qui paraît peu mais est en fait énorme à l'échelle de Google, qui traite des milliards de requêtes par jour.

Une prouesse qui place Google loin devant Bing et Yahoo! en termes de performance, mais qui soulève déjà quelques inquiétudes. D'abord pour les publicitaires, puisque chaque page préchargée par Google est identifiée comme une page vue, même si l'internaute ne l'a pas réellement vue. "Le propriétaire du site Web pourra identifier les requêtes provenant d'Instant Pages et les filtrer", affirme Johanna Wright. Ensuite, Google a indiqué son intention de lancer Instant Pages pour Android, ce qui aura pour effet d'augmenter la consommation de données, notamment 3G, sur ces mobiles.

Plus inquiétant encore est le côté propriétaire d'Instant Pages, qui ne fonctionne qu'avec la dernière version 13 de Chrome, le navigateur Web de Google. Donc pas avec Firefox ni Internet Explorer. "Cela va à l'encontre de l'idée d'ouverture du Web puisqu'il y aura désormais deux classes d'utilisateurs du moteur de recherche de Google, ceux qui possèdent Chrome et les autres", souligne l'analyste Greg Sterling.

Recherche vocale

Un écart qui se creusera au fur et à mesure que Google lancera des services Web exclusivement pour son navigateur. C'est notamment le cas du service Voice Search, qui permet à l'internaute d'effectuer une recherche en parlant directement dans le micro de son PC, au lieu de la taper au clavier. Charge ensuite, à Google, de décrypter les commandes vocales et de les exécuter. Une fonctionnalité pour l'instant disponible uniquement en anglais mais que Google promet d'étendre... dès qu'il aura résolu les problèmes spécifiques du français, par exemple.

"Cette fonction de reconnaissance vocale est similaire à celle qui existe déjà dans Android", rappelle la responsable de Google. Mais encore une fois, seuls les possesseurs de la dernière version de Chrome auront la primeur de Voice Search, qui fait appel à une fonction HTML5 spécifique, qui n'existe aujourd'hui que dans le navigateur de Google. "Tout est Open Source et rien n'empêche les développeurs d'ajouter Instant Pages ou même Voice Search dans Firefox ou Internet Explorer", se défend Johanna Wright.

Recherche par image

La dernière nouveauté présentée par Google permet de lancer une recherche en plaçant une image directement dans la boîte de recherche du moteur. Comme pour le service Google Goggles qui existe pour les smartphones iOS et Android, cette recherche par image est utile pour trouver des informations sur des endroits publics ou encore des célébrités, mais pas vraiment pour retrouver ses amis.

"Contrairement à Facebook, nous ne faisons pas de reconnaissance faciale sur les photos, qu'elles soient prises du Web ou que vous les ayez vous-même téléchargées", précise Google.

Jean-Baptiste Su (dans la Silicon Valley), L'Expansion.com

En savoir plus sur:

Nos partenaires