"Un billet pour Wonderland", le blog déluré d'une maman chercheuse d'emploi

08/05/14 à 19:48 - Mise à jour à 19:48

Source: Trends-Tendances

Licenciée suite à une restructuration, cette romaniste active pendant 13 ans dans la presse écrite passe du jour au lendemain du statut de femme active à maman au foyer à plein temps. Sur son blog intitulé "Un billet pour Wonderland", elle raconte avec beaucoup d'autodérision ses pérégrinations pour (re)trouver le job idéal.

"Un billet pour Wonderland", le blog déluré d'une maman chercheuse d'emploi

D'où vous est venue l'idée de lancer ce blog ?

"Je l'ai lancé comme un défi. Je postais souvent sur Facebook des anecdotes sur mes enfants. Un ami m'a alors suggéré en rigolant de les raconter sur un blog. Cette plate-forme est devenue en quelque sorte un défouloir, comme une thérapie par l'écriture. Il comble aussi mon besoin de rédiger au jour le jour et de rester motivée dans ma recherche d'emploi. Il est, j'espère, passager et s'arrêtera dès que j'aurai trouvé du travail."

Quels sont les sujets que vous traitez sur votre blog ?

"Je publie environ tous les deux jours. J'aborde le monde assez particulier du recrutement, je raconte avec humour les petites anecdotes de ma recherche d'emploi et de mes entretiens d'embauche: le bic nerveusement trituré qui finit par me sauter à la figure, la jupe d'entretien parfaite toute boulochée juste avant un RDV, l'épineuse question salariale, le verre d'eau qu'on me propose et que j'entame à peine ou encore l'indélicat mail collectif de refus avec tous les autres candidats en cc. Ce n'est certainement pas un moyen de communication pour me venger de mon ancien employeur et critiquer mon ancienne entreprise. J'y parle aussi de mes deux filles de 3 et 6 ans et de la façon dont elles vivent cette situation de leur côté. Du jour au lendemain, alors qu'elles se plaignaient que je n'étais pas assez présente, elles me voient débouler tous les jours à la sortie des classes et vous savez quoi, eh bien, maintenant, elles râlent !"

"Un billet pour Wonderland", pourquoi ce titre ?

"Je ne suis pas naïve, mais je pense que le job idéal existe en faisant quelques aménagements. Alors qu'on pourrait voir ma situation de façon dramatique, je prends cela de manière plutôt positive. Un licenciement, c'est aussi une belle opportunité de prendre du recul, de faire le bilan et pourquoi pas de se reconvertir quand on a un profil assez polyvalent. Avant, le job idéal était pour moi un temps plein en CDI avec tous les avantages qui vont avec, maintenant, je pense qu'un mi-temps et d'autres activités annexes pourraient aussi m'épanouir."

Pour suivre "les humeurs d'une chercheuse d'emploi devenue Perfect Mom à temps complet", du moins, jusqu'à ce qu'elle trouve le job de ses rêves, c'est par ICI

Nos partenaires