Pringles vendus : quel avenir pour l'usine de Malines ?

06/04/11 à 10:09 - Mise à jour à 10:09

Source: Trends-Tendances

Procter & Gamble a vendu ses chips Pringles à Diamond Foods pour 2,35 milliards de dollars en actions et reprise de dette. L'usine de Malines s'inquiète : l'emploi est assuré pour deux ans... et ensuite ?

Pringles vendus : quel avenir pour l'usine de Malines ?

© Bloomberg

Le personnel de l'usine de chips Pringles de Malines est inquiet à la suite de la vente, mardi, de la marque Pringles par Procter & Gamble à l'américain Diamond Foods. Des actions pourraient survenir dans l'usine ces prochains jours, selon les syndicats. Au total, 900 personnes travaillent dans l'usine de Malines, dont 400 pour Pringles.

P&G a garanti mardi qu'il n'y aurait pas de licenciements ou de mouvements de personnel et que les conditions de travail seront assurées pour au moins deux ans. "On ne sait pas ce qui adviendra de l'usine dans deux ans, a nuancé Paul Schoeters (CSC). Le repreneur, Diamond Foods, ne s'est pas encore manifesté."

Procter & Gamble vend les chips Pringles pour 2,35 milliards de dollars en actions et reprise de dette

Procter & Gamble a annoncé mardi qu'il cédait son unique marque alimentaire, les chips Pringles, au spécialiste américain des en-cas Diamond Foods pour 2,35 milliards de dollars en actions et reprise de dette. La transaction comprend 1,5 milliard de dollars en actions de Diamond. Quelque 29,1 millions d'actions, qui représenteront 57 % de la société combinée, seront émises et apportées aux actionnaires de P&G, qui pourront les garder ou les échanger car ces actions seront cotées.

La transaction inclut aussi la reprise de 850 millions de dollars de dette de Pringles. Les actionnaires de Diamond conserveront 43 % de la société combinée.

Pour mener à bien cette cession, P&G établira au préalable une entité séparée contenant les activités de Pringles, qui sera fusionnée avec Diamond Foods. La transaction se traduira par un gain exceptionnel de 1,5 milliard de dollars pour P&G après impôts, soit quelque 50 cents par action, et par un impact négatif de 2 à 4 cents par action sur le bénéfice annuel. L'échange d'actions avec Diamond réduira le nombre d'actions flottantes de P&G, ce qui compensera partiellement l'impact sur les résultats, précise le communiqué.

Trends.be

Nos partenaires