Opel : vers des "coupes" encore plus sanglantes que prévu ?

08/02/12 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Trends-Tendances

"Il y a un sentiment de ras-le-bol vis-à-vis d'Opel et l'idée que les coupes d'il y a deux ans ne sont pas allées suffisamment en profondeur", s'énerve en coulisses un responsable de General Motors. Il faut dire que la filiale européenne est toujours déficitaire alors que la maison-mère US engrange un bénéfice record.

Opel : vers des "coupes" encore plus sanglantes que prévu ?

© Reuters

Opel : GM prépare les esprits à des "coupes claires", selon le Wall Street Journal

General Motors veut des "coupes claires" dans sa filiale européenne Opel, selon un responsable de ce constructeur automobile américain cité mardi dans le Wall Street Journal.

"Il y a un sentiment de ras-le-bol vis-à-vis d'Opel et l'idée que les coupes d'il y a deux ans ne sont pas allées suffisamment en profondeur, a déclaré ce responsable anonyme, cité par le quotidien sur son site Internet. Si l'on veut redresser Opel, il faut le faire maintenant, et les coupes vont être claires."

Selon le quotidien, GM s'apprête à publier des pertes "épouvantables" pour Opel au quatrième trimestre.

Les représentants des salariés du constructeur allemand appellent depuis plusieurs mois la maison-mère américaine à s'en tenir aux 8.000 suppressions d'emplois (sur 48.000 en Europe) prévues par son plan de restructuration voici deux ans.

Citant des sources proches du dossier, le Wall Street Journal écrit que la direction de GM est en train de préparer un plan pour la filiale européenne du groupe "qui pourrait comprendre davantage de fermetures d'usines et de suppressions d'emplois" que ce qui était prévu jusqu'alors.

Bénéfice record pour General Motors en 2011... mais Opel reste déficitaire

Le fossé entre General Motors et sa filiale européenne est d'autant plus profond que le constructeur automobile américain a réalisé, en 2011, un bénéfice de 8 milliards de dollars, un record pour ce groupe centenaire, annonçait lundi le même Wall Street Journal en citant de "bonnes sources".

Les résultats officiels seront publiés par GM le 16 février. L'excellent résultat du constructeur américain, qui a doublé son bénéfice sur un an, serait en partie dû aux fortes ventes en Chine mais aussi à de belles performances en Amérique du Nord.

Or, toujours selon le WSJ, Opel/Vauxhall serait toujours déficitaire...

[UPDATE] Opel négociera pour baisser ses coûts : des fermetures d'usines sont évoquées

Opel, en difficulté chronique et sous pression de sa maison-mère américaine, compte mener des discussions avec les syndicats sur une "baisse de coûts", la presse évoquant suppressions de postes et fermetures d'usines.

La marque à l'éclair "doit améliorer ses résultats que ce soit ses marges, ses coûts et son chiffre d'affaires", a déclaré un porte-parole d'Opel à l'AFP. La direction de l'entreprise, son conseil de surveillance et le comité d'entreprise "mèneront des discussions stratégiques", sans pouvoir préjuger de leur résultat, a-t-il ajouté.

Le porte-parole n'a cependant pas voulu commenter "dans l'immédiat" les informations du Wall Street Journal selon lesquelles GM demande à Opel de fermer deux usines, en Allemagne à Bochum (3.100 salariés), déjà menacée ces dernières années, et au Royaume-Uni à Ellesmere Port (2.100 salariés), qui produit la déclinaison locale d'Opel, Vauxhall.

Le porte-parole d'Opel a par ailleurs souligné que GM n'avait pas toute latitude pour décider de l'avenir d'Opel. Puissants dans l'automobile allemande, les syndicats ont en effet un pouvoir et une capacité de pression importante, du moins dans les négociations préalables à un éventuel plan d'économies.

De surcroît, le dossier Opel a une dimension politique en Allemagne, la marque faisant partie du patrimoine national. Lors de la dernière crise économique, GM et le gouvernement allemand s'étaient durement affrontés sur la recherche d'un éventuel repreneur et l'opportunité de verser des aides publiques. L'affaire s'était soldée par un maintien d'Opel dans le giron de GM moyennant 8.000 suppressions d'emplois sur 48.000 en Europe et la fermeture de l'usine d'Anvers.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires