Opel Anvers : chronologie d'une débâcle annoncée

04/10/10 à 14:36 - Mise à jour à 14:36

Source: Trends-Tendances

General Motors ayant annoncé l'absence de repreneur pour l'usine belge, Opel Anvers semble bel et bien condamnée. Du 14 octobre 2008, jour où Opel demande une aide d'Etat à l'Allemagne, au 4 octobre 2010 : chronologie d'une catastrophe inévitable (?).

Opel Anvers : chronologie d'une débâcle annoncée

© Belga

14 octobre 2008 : après une baisse des ventes et des pertes massives, Opel devient le premier constructeur allemand à faire appel à une aide d'Etat. Le constructeur reçoit plus de 1 milliard d'euros du gouvernement fédéral allemand et des Länder.

17 février 2009 : General Motors, maison mère américaine, annonce la suppression de 47.000 emplois, dont 26.000 hors des Etats-Unis. Dix jours plus tard, Opel annonce vouloir se séparer de GM.

2 mars 2009 : un plan de sauvetage est présenté au gouvernement allemand. Deux semaines plus tard, les discussions entre Karl-Theodor zu Guttenberg, ministre allemand de l'Economie, et la direction américaine ne donnent rien. Le 30 mars, Barack Obama lance un ultimatum à GM pour lui donner un solide plan de restructuration.

23 avril 2009 :Fiat déclare son intérêt pour Opel, suivi par le groupe austro-canadien Magna.

27 mai 2009 : GM annonce vouloir scinder ses activités. Le groupe annonce qu'il a besoin d'un financement complémentaire de 300 millions d'euros.

29 mai 2009 : Fiat se rétracte. La société d'investissement RHJ International semble être hors course et le constructeur chinois BAIC ne présente pas de plan détaillé pour une reprise. Magna reste seul en lice.

30 mai 2009 : le gouvernement allemand, les Länder concernés, GM, Magna et le ministère américaine des Finances se mettent d'accord sur un plan de sauvetage. Opel se retirerait de GM et Magna maintiendrait quatre usines allemandes. Une déclaration d'intention est signée mais n'est pas contraignante.

15 juillet 2009 :RHJ fait une offre de reprise améliorée. Les länder où se trouvent des usines allemandes ont une préférence pour Magna car le sous-traitant automobile propose moins de suppressions d'emplois dans son plan. Magna prévoit des garanties d'Etat pour 4,5 milliards d'euros, RHJI entre 3 milliards et 3,8 milliards.

14 septembre 2009 :Magna confirme qu'il y a aura plus que 4.000 suppressions d'emplois sur 25.000 en Allemagne. La Commission européenne annonce une "enquête en profondeur" sur les aides d'Etat de plusieurs milliards à Opel. La Belgique est furieuse car l'usine d'Anvers est visée par une fermeture. La grogne règne aussi en Grande-Bretagne et Espagne.

15 octobre 2009 : la signature d'un accord de vente entre Opel et Magna est reportée. Les raisons sont la crainte d'un refus de la Commission européenne sur cette vente.

3 novembre 2009 : le conseil d'administration de GM décide de revenir sur la vente d'Opel.

10 novembre 2009 : Nick Reilly est annoncé comme CEO temporaire de GM Europe.

24 novembre 2009 :GM rembourse les derniers 400 millions d'euros de crédit-pont au gouvernement allemand. Opel est de nouveau entre les mains de GM.

25 novembre 2009 : le plan de sauvetage de GM pour Opel prévoit 9.000 pertes d'emplois en Europe. Nick Reilly confirme l'avenir incertain pour l'usine d'Anvers.

21 janvier 2010 : le personnel de l'usine d'Anvers reçoit un courrier dans lequel il est annoncé que l'usine ne fabriquera plus de nouveaux modèles et que l'usine fermera sans doute ses portes. Le SUV d'Opel, initialement annoncé pour Anvers, sera construit en Corée du Sud. GM assure la production jusqu'au 30 juin.

24 janvier 2010 : le gouvernement flamand déclare que les 500 millions d'aides flamandes sont toujours disponibles.

9 février 2010 :Nick Reilly annonce 2.377 pertes d'emplois dans la production et 110 dans les ventes et administration.

22 mars 2010 : l'usine ne fermera pas le 30 juin.

20 avril 2010 : le projet d'accord social est finalisé.

23 avril 2010 : le projet d'accord est prêt. Les travailleurs reçoivent tous une prime nette unique de 2.295 euros.

27 avril 2010 : les travailleurs acceptent le projet d'accord du plan social.

28 avril 2010 : Kris Peeters, ministre-président flamand, annonce 16 candidats repreneurs pour le site d'Anvers.

18 août 2010 : GM charge CB Richard Ellis de trouver des acheteurs pour les terrains d'Opel.

4 octobre 2010 :le site d'Opel ferme définitivement ses portes. Selon GM, les candidats potentiels ne satisfaisaient pas aux conditions.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires