Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

29/01/16 à 13:48 - Mise à jour à 16:24

"Nos villes ont besoin de chauffards en excès de vitesse!"

Avec l'arrivée des voitures autonomes sur nos routes, les finances de nos villes et communes risquent de subir un sacré coup. Explications.

"Nos villes ont besoin de chauffards en excès de vitesse!"

Samy Naceri dans le film à succès Taxi sorti en 1998. © PG

Le patron de Ford a annoncé l'arrivée des voitures autonomes pour 2020, soit dans 4 ans à peine. Il reconnait lui-même qu'il est sans doute trop optimiste. On le croit volontiers car les experts les plus sérieux parlent plutôt de 2030. Le constructeur automobile sud-coréen KIA évoque la même date.

L'arrivée de voitures sans chauffeurs prendra certainement un peu de temps car il faudra s'assurer que ces voitures sont "safe" à 100% et non pas à 99%. Or, si les tests sur autoroutes sont plutôt probants pour ces voitures autonomes, il reste encore du chemin à parcourir en ville, et notamment sur certains carrefours dangereux.

L'un des responsables de la Google Car reconnaissait lui-même que sa voiture aurait du mal à passer le test d'un rond-point comme celui de l'Etoile à Paris. En revanche, comme le notait avec humour le site Atlantico, si en 2030, les voitures autonomes débarquent sur nos routes, ce sera un sacré défi à relever pour nos communes. Ces communes vivent en effet en partie des amendes infligées aux automobilistes pour infraction au code de la route.

Partager

Il est possible qu'en 2030, les villes regrettent amèrement le bon vieux temps où il y avait encore des conducteurs ivres ou des chauffards.

Nos communes ont donc besoin de chauffards, de conducteurs qui font des excès de vitesse, grillent des feux rouges ou se parquent n'importent comment ! Le "hic", c'est que la voiture autonome sera guidée, non pas par un humain distrait, mais par un logiciel programmé pour respecter à 100% le code de la route. Au fond, comme le note fort bien le site Atlantico, c'est un peu comme au service militaire. Il fallait bien qu'il y ait un soldat indiscipliné, qui ne respecte pas les règles, pour pouvoir le punir...en lavant les latrines !

En quelque sorte, la voiture autonome aura le même impact sur les finances communales qu'une pénurie de soldats indisciplinés à l'heure de la corvée...de chiottes ! Le problème n'est pas théorique ou cocasse, il est déjà en partie réalité dans une ville comme Washington. L'essor des applications de stationnement pour smartphones fait qu'il est déjà possible de payer virtuellement son parcmètre de... son bureau. Résultat : la capitale des USA a déjà enregistré une baisse de ses recettes. En résumé, il est possible qu'en 2030, les communes et les villes regrettent amèrement le bon vieux temps où il y avait encore des conducteurs ivres ou des chauffards. C'est cynique, bizarre même à dire, mais est-ce faux ?

En savoir plus sur:

Nos partenaires