Les jeunes agriculteurs pris en étau entre prix bas et investissements élevés

22/07/15 à 15:46 - Mise à jour à 15:46

Source: Belga

La fédération des jeunes agriculteurs (FJA) a tenu à attirer l'attention, mercredi, à l'avant-veille de l'ouverture de la 81e foire agricole de Libramont, sur la situation difficile vécue par les jeunes agriculteurs wallons. "Si rien ne change, c'est l'avenir même des agriculteurs et de l'agriculture qui est en péril", met en garde la FJA.

Les jeunes agriculteurs pris en étau entre prix bas et investissements élevés

/ © istock

A l'heure actuelle, les jeunes agriculteurs wallons sont pris en tenaille. D'un côté, les prix obtenus pour de nombreux produits agricoles (lait, viandes, etc.) ne sont plus suffisamment rémunérateurs, quand il ne sont pas également très volatils. De l'autre, la tendance à l'agrandissement des exploitations, dont la taille atteint plus de 50 ha en moyenne aujourd'hui, contre 20 ha il y a 25 ans, impose de consentir des investissements de plus en plus élevés.

A cela s'ajoute un accès au foncier rendu particulièrement difficile, en Wallonie, par la hausse fulgurante ces dernières années des prix des terres agricoles.

Un contexte peu porteur qui dissuade, in fine, de nombreux jeunes Wallons à se lancer dans l'agriculture.

"Moins de 5% des agriculteurs ont moins de 35 ans et 55% ont plus de 50 ans", observe Guillaume Van Binst, coordinateur général à la FJA. "On assiste à un certain vieillissement du métier d'agriculteur et à un non-renouvellement des générations".

Pour renverser la vapeur, la FJA avance une série de pistes de solution. La fédération plaide notamment pour des mécanismes qui protègent les agriculteurs face aux baisses de prix. "On pourrait réfléchir à un système d'attributions d'aides contra-cycliques, en fonction de la situation des prix", propose Guillaume Van Binst. Ainsi, les aides seraient plus élevées en cas de prix bas et inversement.

Au niveau foncier, la FJA évoque la mise en place en Wallonie d'un observatoire des prix des terrains agricoles. La fédération fonde également ses espoirs en une réforme du bail à ferme, dont la régionalisation est perçue "comme une opportunité à saisir".

En savoir plus sur:

Nos partenaires