Les employeurs ne veulent "absolument pas" être obligés de répondre aux candidatures

02/03/16 à 15:28 - Mise à jour à 15:28

Source: Belga

Le sp.a, dans l'opposition au fédéral, veut obliger les entreprises à répondre dans le mois à toute lettre de candidature, pour éviter que les demandeurs d'emploi se découragent trop vite après quelques refus sans aucun feedback. Les employeurs belges ne veulent pas d'une réponse obligatoire.

Les employeurs ne veulent "absolument pas" être obligés de répondre aux candidatures

© BELGA

Une explication accompagnant le refus peut être particulièrement riche en enseignement pour mieux chercher de l'emploi, soulignent les députés sp.a Meryame Kitir, Hans Bonte et Karin Jiroflée. Le fait que les entreprises ne répondent tout simplement souvent pas aux lettres de candidature est particulièrement décourageant et témoigne en outer d'un "manque de politesse élémentaire".

Les organisations d'employeurs sont d'accord avec ce dernier constat, ressort-il d'un avis du Conseil national du travail sur la proposition sp.a. "Répondre est une question de politesse et de respect", peut-on y lire. La proposition de loi va cependant "beaucoup plus loin que cela", ce qui fait que les organisations d'employeurs ne sont "absolument pas" d'accord.

Certaines grandes entreprises reçoivent jusqu'à six mille lettres de candidature par mois, soulignent les employeurs. En outre, il est désormais possible de postuler d'un clic de souris, ce qui envoient aussi beaucoup plus de candidatures dans les boîtes mail des petites entreprises. Obliger à motiver un refus serait "draconien", selon les employeurs, le terme d'un mois est trop court et l'ensemble de la proposition risque de "judiciariser" la procédure de recrutement.

Les syndicats se montrent par contre positifs dans le même avis - loin d'être unanime donc. Ils plaident en outre pour une stratégie plus globale pour renforcer les droits des demandeurs d'emploi et pour garantir un traitement équitable. Les syndicats pensent notamment à la possibilité de postuler anonymement, à un focus plus grand sur les compétences et à une interdiction des offres fictives ou truffées d'exigences de fonction irréalistes.

Nos partenaires