Le nombre de faillites en recul de 18,6% en octobre

03/11/14 à 17:46 - Mise à jour à 18:12

Source: Belga

En octobre, 1.057 entreprises ont déposé le bilan en Belgique, ce qui représente une diminution de 18,6% par rapport à octobre 2013, selon des statistiques du bureau d'informations commerciales Graydon.

Le nombre de faillites en recul de 18,6% en octobre

© Thinkstock

"A l'exception de février, on a recensé tous les mois moins de faillites que l'année précédente. Le niveau de faillite reste élevé mais il n'augmente plus", constate Graydon dans son baromètre mensuel. En octobre, 569 entreprises ont mis la clef sous le paillasson en Flandre, soit 15% de moins qu'en octobre 2013. En Wallonie, où la tendance est de nouveau à la baisse depuis l'été, on a comptabilisé 317 faillites (-10%) tandis que 107 dépôts de bilan sont survenus en Région de Bruxelles-Capitale (-40%). Depuis le début de l'année, on a recensé 4.743 faillites en Flandre (-7,20%) et 1.744 à Bruxelles (-23,37%). En Wallonie, on constate toujours une légère hausse sur les 10 premiers mois de 2014, avec 2.847 entreprises ayant déposé le bilan (+1,03%). Au total, les faillites survenues depuis le début de l'année ont concerné 21.747 emplois (-5,88%), contre 23.105 sur les 10 premiers mois de 2013, soit 9.575 emplois en Flandre (-15,7%), 4.304 emplois à Bruxelles (-6,5%) et 7.868 emplois en Wallonie (+10%). Les secteurs de la construction (1.704) et de l'horeca (1.672) enregistrent toujours le nombre le plus élevé de faillites, à l'inverse des secteurs du transport (361) et du commerce de véhicules automobiles et des garages (266), qui sont les moins touchés. "Tous les secteurs connaissent une baisse du nombre de faillites, mais dans les secteurs de construction et du transport cette baisse est clairement moins forte", constate encore Graydon. De son côté, l'Union des classes moyennes (UCM) appelle les différents gouvernements à ne "pas relâcher leur attention" et à mener "des politiques ambitieuses de prévention des faillites" alors que les indicateurs de conjoncture ne sont pas au beau fixe. "Prévenir les faillites des PME garde donc tout son sens. Les fermetures de grandes entreprises focalisent souvent l'attention, mais quand on additionne les pertes d'emplois dans les petites entreprises, on atteint des chiffres bien plus importants. En réalité, les trois quarts (74,9%) des pertes d'emplois liées aux faillites sont enregistrées dans des entreprises de moins de 50 travailleurs", souligne encore l'UCM.

En savoir plus sur:

Nos partenaires