La Chine compense la baisse des exportations de poires belges vers la Russie

18/01/16 à 14:03 - Mise à jour à 14:03

Source: Belga

(Belga) Cinq ans jour pour jour après la première exportation de poires Conférence depuis la Hesbaye vers la Chine, ce marché représente 10% des exportations de ce type de fruits provenant de Belgique. Il "double voire triple encore chaque année, ce qui permet de compenser une part importante des pertes dues à l'embargo russe", se félicite Marc Evrard, le directeur commercial de Belgische Fruitveiling, l'un des plus grands fournisseurs de poires au monde, basé à Saint-Trond.

La Chine compense la baisse des exportations de poires belges vers la Russie

La Chine compense la baisse des exportations de poires belges vers la Russie © BELGA

C'est en 2011 que les premières poires belges ont pris le chemin de la Chine pour la première fois. "Depuis lors, le volume a fortement augmenté chaque année", constate Marc Evrard. "Nous fournissons actuellement une quinzaine de grandes chaînes de supermarchés en Chine, où nous sommes présents dans 30 villes réparties sur tout le pays. Pour la plupart des Chinois, les poires représentent un produit nouveau, qu'ils doivent apprendre à connaître. Il faut donc davantage de temps pour forcer une percée partout." Les exportations de poires belges ont baissé de 30 à 40% en raison de l'embargo russe. La Chine a compensé 10% de cette perte. "Nous avons en outre misé sur d'autres pays, dont nos voisins", explique le directeur commercial de la criée belge. "On a ainsi redécouvert nos poires en Allemagne. Les pays limitrophes de la Russie, comme la Biélorussie et l'Ukraine, ont également accru le nombre de leurs commandes. Il n'est pas impossible qu'ils vendent une partie de ces poires à la Russie mais leur marché intérieur a cependant progressé grâce à de meilleurs développements de leurs supermarchés", assure Marc Evrard. Tout cela compense donc une partie importante de l'embargo russe, dont la perte pour le marché belge n'est toutefois pas entièrement résorbée. "Etant donné que l'Europe a prolongé les sanctions à l'encontre de la Russie, nous ne devons pas nous attendre à ce que les portes s'ouvrent à nouveau à nous rapidement", conclut le directeur commercial. (Belga)

Nos partenaires