Ferrari à Herstal: La FGTB-Métal nie avoir séquestré quatre membres du personnel

04/02/10 à 16:38 - Mise à jour à 16:38

Source: Trends-Tendances

Accusée par la direction de l'entreprise Ferrari, active dans la sous-traitance sidérurgique et basée à Herstal, d'avoir séquestré quatre membres du personnel et de s'être livré "à des actes de vandalisme et de sabotage", la FGTB-Métal Liège a répliqué jeudi en niant toute séquestration et menaces physiques.

"Nous avons appris que trois, quatre personnes du groupe étaient présentes dans l'entreprise. Les travailleurs leur ont posé une série de questions. Ces personnes ont pu quitter l'entreprise en fin de journée une fois que les travailleurs ont reçu réponse à leurs questions", explique Jean-Luc Rader, secrétaire régional FGTB-Metal.

"Il n'y a pas eu de séquestration ni de menaces physiques", a-t-il ajouté, reconnaissant un certain "remue-menage" dans les locaux de l'entreprise ainsi que des graffitis sur les murs. "Mais il ne s'agit pas de graves dégâts".

Le syndicat socialiste reproche à la direction, qui a annoncé son intention de supprimer 46 emplois sur 119, des propositions jugées "ridicules" par rapport à se qui se pratique en cas de restructuration.

Par ailleurs, des travailleurs de Ferrari se sont rendus jeudi sur un site de l'entreprise à Charleroi pour empêcher "une petite dizaine" de travailleurs d'effectuer leur service, selon la FGTB.

De son côté, la direction de Ferrari a annoncé jeudi avoir obtenu une ordonnance du tribunal de première instance de Liège demandant, sous peine d'astreinte, qu'il soit mis fin à toutes actions entravant l'activité de la carrière de Bay-Bonnet, bloquée par le syndicat.

Dans un communiqué, la direction déplore également des actions "en contradiction totale avec un dialogue constructif".

Alors qu'une réunion entre syndicats et direction est en principe prévue le 9 février, la direction indique enfin qu'elle ne pourra se tenir "que si les organisations syndicales démontrent leur volonté d'un débat constructif".

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires