Étonnés des courriers, les employeurs du non marchand privilégient le dialogue

04/04/18 à 10:47 - Mise à jour à 10:49

Source: Belga

(Belga) Les employeurs du secteur du non marchand se sont dits surpris, mercredi, de l'envoi par la Région wallonne de courriers réclamant le remboursement de sommes indûment versées aux employeurs dans le cadre des aides à la promotion de l'emploi, mais disent ne pas vouloir "jeter de l'huile sur le feu".

"Ces courriers sont arrivés sans concertation avec nous, c'est donc une surprise", a déploré Stéphane Emmanuelidis, président de l'UNIPSO, la confédération des employeurs du secteur à profit social (non marchand), interrogé par Belga. Après une communication jugée "rassurante" du ministre wallon de l'Emploi Pierre-Yves Jeholet (MR) sur la période transitoire devant précéder la suppression du régime APE et son remplacement par une subvention structurelle par enveloppe fermée, "le mouvement s'accélère", juge-t-il. Pour M. Emmanuelidis, le ministre avait initialement affirmé que les emplois affectés ne seraient pas remis en cause, puis que seuls les dossiers déficients dans leur argumentaire seraient supprimés. "Aujourd'hui, le contenu n'est pas spécialement différent sur le fond, mais la communication n'est pas toujours en proportion avec la concertation", déplore le président de l'UNIPSO. Il regrette l'incertitude planant sur les postes en attente pour les organisations structurées que l'UNIPSO représente, tout en s'interrogeant sur "toute une salve de bénéficiaires difficilement identifiables". Quelque 15 millions d'euros indûment versés sur les exercices 2014-2016 aux communes et ASBL sont en jeu, rapportait Le Soir mercredi. Interrogée également, l'Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW) réservait encore sa réponse. Jeudi, à l'annonce de la réforme du système APE par le gouvernement wallon MR-cdH, le PS avait appelé le non marchand à "la mobilisation générale", affirmant que la fin du dispositif APE au plus tard en 2021 plongeait "plus de 60.000 travailleurs et plus de 4.000 employeurs dans l'incertitude la plus profonde". L'UNIPSO avait également jugé que le ministre Jeholet donnait l'impression de laisser le secteur non marchand "au milieu du gué" en n'ayant pas prévu la suite de la suppression du régime APE. "Il refile la patate chaude au prochain gouvernement! En attendant, les associations et leurs travailleurs traversent une nouvelle période d'incertitude", avait critiqué l'UNIPSO, tout en appelant au dialogue. (Belga)

Nos partenaires