Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

05/02/16 à 13:44 - Mise à jour à 13:43

'Copuler plus pour gagner plus, ou l'inverse'

Une fois n'est pas coutume, je voulais vous parler d'un sujet plus léger en cette veille de week-end. Ma question est simple: une vie sexuelle épanouie influence-t-elle le salaire ?

'Copuler plus pour gagner plus, ou l'inverse'

Leonardo DiCaprio, dans The Wolf of Wall Street. © DR

Posée comme cela, la question semble saugrenue, sauf pour le network américain CBS qui en a fait un sujet. En fait, la question a déjà suscité trois travaux d'économistes universitaires en quelques années !

La première étude date de 2004 et n'a pas abouti à faire le lien entre vie sexuelle et montant du salaire. En revanche, deux autres études plus récentes (2009 et 2013), dont l'une est basée sur un échantillon de 7.500 ménages, arrivent à la conclusion qu'effectivement sexe et rémunération sont liés. Les salariés qui ont deux à trois rapports par semaine gagneraient ainsi 4,5% de plus que ceux qui ont une vie sexuelle moins active. La même étude relève également que les personnes n'ayant aucun rapport sont payées en moyenne 3,2% moins que ceux qui ont au moins une relation sexuelle par mois.

Partager

Les salariés qui ont deux à trois rapports par semaine gagneraient ainsi 4,5% de plus que ceux qui ont une vie sexuelle moins active

Nick Drydakis, l'économiste en charge de cette étude (1), n'a pas trouvé de différence notable entre le fait d'être homosexuel ou hétérosexuel. En revanche, la question qui subsiste, c'est bien sûr celle de l'oeuf et de la poule: est-ce qu'on gagne plus parce qu'on a une vie sexuelle plus épanouie, ou est-ce parce qu'on a plus d'argent que nous avons une vie sexuelle plus intense ? L'économiste en question reconnaît qu'il ne peut pas trancher avec certitude cette question. Il reconnaît par contre qu'une rémunération plus forte permet "d'offrir des cadeaux favorisant l'obtention d'un rapport sexuel" !

La même question a été posée à des sexologues par le site BFMbusiness.com et les réponses sont assez claires: avoir une sexualité active et épanouie joue sur la santé psychologique, mais aussi physiologique. Or, plus on se sent en bonne santé, plus on va être performant et efficace au travail.

Un autre sexologue précise encore que d'un point de vue de la santé, la sexualité a un impact déstressant. Quelqu'un qui a une vie sexuelle épanouie va naturellement avoir un niveau de stress plus faible et une résistante plus forte au stress au travail.

À la veille du week-end, toutes ces études me font penser que leurs conclusions vont à l'encontre de ce que disait Woody Allen: "ne faites pas l'amour le samedi, car si jamais il pleut le dimanche, vous ne saurez pas quoi faire !"

(1) The effect of sexual activity on wages

En savoir plus sur:

Nos partenaires