Charlie Hebdo : déjà plus de 13.000 abonnements au journal satirique en deux jours

09/01/15 à 15:08 - Mise à jour à 15:07

Source: Belga

La plate-forme de vente de magazines en ligne Viapresse a enregistré près de 13.000 abonnements au journal satirique Charlie Hebdo en l'espace de deux jours, contre 300 par an en temps normal, a rapporté vendredi le quotidien Figaro sur son site.

Charlie Hebdo : déjà plus de 13.000 abonnements au journal satirique en deux jours

/ © AFP

Les appels à s'abonner à l'hebdomadaire satirique en signe de soutien lancés sur les réseaux sociaux et le web après l'attaque perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo ont porté leurs fruits. Le site Viapresse indique avoir comptabilisé 2.600 abonnements au cours de la journée de mercredi. Ils ont passé la barre des 10.000 jeudi.

ViaPresse explique au Figaro avoir reçu plus de 100.000 visites sur la page d'abonnements, "et cela continue. Nous sommes en train de renforcer nos serveurs" pour maintenir le site à flot, a précisé l'entreprise.

En moyenne, 300 abonnements à Charlie Hebdo sont enregistrés chaque année sur Viapresse, ajoute Le Figaro. Le site propose plusieurs types d'abonnements allant de 3 mois à 2 ans, pour un coût de 21,60 euros à 166,50 euros. La moitié des nouveaux abonnés ont choisi la formule un an, 4% celle de 2 ans, un quart celle de 3 mois, et près de 20% celle de 6 mois, peut-on lire sur le site du quotidien français.

Par ailleurs, de nombreux groupes médiatiques et organisations ont souhaité apporter un soutien financier au journal satirique. Le Guardian Media Group versera ainsi 100.000 livres sterling, soit 128.000 euros.

La ministre française de la Culture, Fleur Pellerin, a pour sa part annoncé qu'elle comptait "débloquer en urgence un million d'euros afin d'assurer la pérennité de Charlie Hebdo".

Un montant de 500.000 euros a également été dégagé par Google et le fonds "Presse et pluralisme" pour le journal satirique. Avant l'attentat, Charlie Hebdo était au bord de la faillite et craignait de disparaître, faute de ventes suffisantes. Le journal ne se vendait qu'à 30.000 exemplaires, la moitié de son tirage, alors qu'il avait besoin d'atteindre les 35.000 pour être à l'équilibre, avait expliqué Charb, son rédacteur en chef, assassiné mercredi.

En savoir plus sur:

Nos partenaires