Avion de combat européen: "La France et l'Allemagne doivent prendre le leadership"

28/11/17 à 10:11 - Mise à jour à 10:11

Source: Afp

Le directeur général d'Airbus Defense and Space a plaidé en faveur d'une collaboration franco-allemande pour un avion de combat commun, en coopération avec Dassault Aviation, conformément à la décision annoncée par Paris et Berlin en juillet.

Avion de combat européen: "La France et l'Allemagne doivent prendre le leadership"

/ © Reuters

Après l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, "il y a une opportunité unique d'oeuvrer réellement au rapprochement européen. Il ne faut pas rater cette occasion", a déclaré Dirk Hoke dans un entretien publié lundi sur le site internet du journal économique Les Echos.

"La France et l'Allemagne doivent prendre le leadership et inviter évidemment les autres pays européens à les rejoindre. Dassault et Airbus ont des capacités parfaitement complémentaires pour le faire", a-t-il ajouté.

Paris et Berlin ont lancé en juillet le projet de développer un avion de combat européen, destiné à remplacer leurs flottes actuelles.

Cette nouvelle génération d'avions de combat, qui doit faire l'objet d'une feuille de route conjointe d'ici à mi-2018, succèderait au Rafale français ainsi qu'au Tornado et à l'Eurofighter allemand. Il permettrait à l'Europe de maintenir son rang alors que les Etats-Unis tentent d'imposer le F-35 de Lockheed Martin, déjà choisi par plusieurs capitales européennes.

"Ma seule certitude est qu'il n'y aura pas de nouveaux projets européens sans une collaboration intense et forte entre Airbus et Dassault", a estimé Dirk Hoke.

"Il nous faut trouver une solution gagnant-gagnant pour créer ensemble l'avion de la sixième génération qui permettra à toute l'industrie aéronautique européenne de maintenir ses compétences dans la défense". Sinon, a mis en garde Dirk Hoke, "elle serait amenée à disparaître."

"Ce n'est qu'en investissant ensemble dans un programme de plusieurs milliards d'euros pour un système de sixième génération que l'Europe assurera sa souveraineté", a-t-il conclu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires