Alfa Romeo pourrait devenir un constructeur à part entière

29/04/14 à 14:10 - Mise à jour à 14:10

Source: Trends-Tendances

Le groupe Fiat Chrysler pourrait transformer Alfa Romeo en entité indépendante, comme Ferrari ou Maserati. Objectif: relancer la marque premium, qui vivote.

Alfa Romeo pourrait devenir un constructeur à part entière

© Reuters

Fuite ? A quelques semaines de l'annonce d'un plan pour relancer la marque Alfa Romeo, la publication professionnelle Automotive News Europe annonce que Fiat-Chrysler pourrait transformer Alfa Romeo en entité indépendante, avec son propre compte de pertes et profits. Elle aurait son siège à Modena, une ville symbolique pour les voitures haut de gamme, Ferrari y est basée. 6 nouveaux modèles Actuellement Alfa Romeo est une marque de Fiat Group Automobiles, comme Lancia et Fiat. La gamme est fort réduite, car le groupe italo-américain a diminué ses investissements en Europe. Depuis que Fiat a pu acquérir 100% de Chrysler, pour former le groupe Fiat-Chrysler, il dispose d'un accès à des fonds qui devraient permettre de relancer Alfa Romeo et de développer son offre dans le segment premium, où prospèrent BMW, Audi ou Mercedes.

C'est du moins l'objectif visé par Sergio Marchionne, CEO du groupe Fiat-Chrysler, qui devrait se concrétiser dans un plan fort attendu, annoncé le 6 mai prochain.

Habiller la mariée pour une vente au groupe Volkswagen ? Automotive News Europe estime que la marque Alfa Romeo n'a plus gagné d'argent depuis 10 ans. Elle pourrait recevoir 6 nouveaux modèles, dont le premier arrivera en 2016. Côté distribution, les Alfa Romeo pourraient être distribuées conjointement avec les Jeeps, autre marque du groupe Fiat-Chrysler, en Europe et aux Etats-Unis. L'objectif de l'opération est aussi d'alimenter les usines italiennes qui ont fort souffert de la crise automobile en Europe. Alfa Romeo ne vend plus guère : 74.000 voitures l'an dernier. La nouvelle stratégie viserait les 240.000 véhicules à l'horizon 2017. Avec l'argument que cette stratégie de montée en puissance, appliquée à Maserati, commence à porter ses fruits.

Les spéculations vont bon train. Fiat-Chrysler habillerait la mariée ? "Le spin off au sien d'une unité indépendante signale probablement l'intention de Sergio Marchionne de rendre les progrès plus visibles mais, disent certains critiques, peut aussi être interprété comme une première étape pour vendre la marque au groupe Volkswagen" écrit Automotive News Europe.

Il est vrai que le président du groupe allemand, Ferdinand Piëch, a déjà manifesté publiquement son intérêt pour le rachat d'Alfa Romeo. Volkswagen est déjà bien présent en Italie, avec le rachat de Lamborghini et de Ducati. Sergio Marchionne avait refusé l'offre.

Robert van Apeldoorn

Nos partenaires