Budget - Un exercice budgétaire qui préserve "le coeur de la machine économique"

01/07/13 à 15:25 - Mise à jour à 15:25

Source: Trends-Tendances

(Belga) L'Union des classes moyennes (UCM) se dit "plutôt satisfaite" des décisions prises par le gouvernement fédéral pour les budgets 2013 et 2014, évoquant "un exercice budgétaire qui préserve le coeur de la machine économique".

"Ce sont des mesures budgétaires qui n'amusent personne car il n'y a pas, ou très peu, de bonnes nouvelles. Mais de notre point de vue, c'est un exercice qui est intelligemment fait car il ne porte pas atteinte aux indépendants et aux PME qui sont à la base de la création de richesse dans notre pays", a réagi le porte-parole de l'UCM, contacté par l'agence Belga. Même si elle ne connaît pas encore les détails de la mesure, l'UCM juge également positif que le gouvernement ait prévu, à partir de 2014, une enveloppe de 50 millions d'euros en faveur des PME. "Il vaut mieux avoir quelque chose en plus que quelque chose en moins. Dans le contexte actuel, on pouvait craindre d'avoir quelque chose en moins. C'est donc une bonne nouvelle", ajoute le porte-parole. D'autres décisions, comme la réduction de l'allocation de rentrée ou la TVA sur les honoraires d'avocats, ne réjouissent guère l'UCM mais globalement on ne se retrouve pas avec "le catalogue des horreurs" que l'on pouvait redouter, conclut l'organisation de classes moyennes. Du côté de l'Unizo, le pendant flamand de l'UCM, on se dit modérément satisfait du résultat des travaux budgétaires. "Le gouvernement est parvenu à garder le budget sur les rails. Dans une perspective économique, c'est extrêmement important", réagit Karel Van Eetvelt, patron de l'Unizo. Voyant d'un bon oeil que le gouvernement ait bouclé le budget en grande partie grâce à des mesures d'économies, l'Unizo considère l'enveloppe de 50 millions d'euros en faveur des PME comme "un premier pas". Des réductions de charges drastiques sont toutefois nécessaires à court terme pour maintenir les PME à flot, juge l'Unizo. Enfin, les indépendants flamands déplorent que le gouvernement instaure de nouvelles taxes à chaque contrôle budgétaire. "Inacceptable dans un pays où la pression fiscale est déjà si élevée". (Belga)

Nos partenaires