Prenez soin de comparer les frais des intermédiaires financiers

15/04/14 à 10:55 - Mise à jour à 10:55

Source: Trends-Tendances

Vaut-il mieux investir auprès d'une grande banque ou d'un courtier en ligne ? Tout dépend du profil de l'investisseur. S'il est actif, il maximisera le rendement de son portefeuille en optant pour un courtier en ligne.

Prenez soin de comparer les frais des intermédiaires financiers

Certains investisseurs préfèrent, par facilité, regrouper toutes leurs transactions au sein d'un grand organisme financier qui leur propose une large palette de produits. Or ces acteurs rémunèrent piètrement leurs livrets d'épargne et facturent des frais de transaction et de garde élevés sur leurs placements. Pour les investisseurs qui réalisent peu de transactions, les frais de ces opérations se répercutent somme toute faiblement sur le rendement de leurs investissements. Jusqu'à 80 % d'épargne sur les frais En revanche, l'investisseur qui achète et vend régulièrement des actions a tout intérêt à préférer un courtier en ligne à une grande enseigne bancaire. Mathias Nuttin a en effet démontré que, pour cet investisseur actif, l'écart en termes de coûts - frais de transaction et droits de garde au 1er avril 2014 - entre la banque la plus chère (Belfius) et les courtiers en ligne les moins chers (Lynx, Today's Brokers et TradersOnly) se monte à 80 % !

Cela dit, même lorsqu'il a opté pour le courtier le moins cher, l'investisseur devrait se demander quel rendement son portefeuille d'actions a atteint ces dernières années après déduction des frais, et s'il est parvenu à battre l'indice boursier général. Dans la négative, il pourrait, comme le conseille par ailleurs l'oracle d'Omaha, Warren Buffett, à ses actionnaires, investir dans un fonds indiciel bon marché, qui réplique la prestation d'un indice boursier large. Il se peut en outre que le courtier le moins cher n'offre que des services basiques, dont l'investisseur chevronné ne pourra se contenter.

Stratégie L'arrivée sur notre marché de courtiers en ligne néerlandais (dont, récemment, le groupe DeGiro qui casse littéralement les prix) a rendu accessible aux investisseurs particuliers belges - expérimentés - une large gamme de produits dérivés : pour une mise limitée, le gain peut être élevé, tout autant que le risque. Mais l'investisseur expérimenté a besoin d'une plateforme fiable et offrant notamment des outils analytiques, qui sont souvent une option payante. La stratégie conseillée à l'investisseur consiste à ouvrir un compte gratuit auprès du fournisseur d'outils analytiques le moins cher correspondant à ses attentes, et à passer ensuite ses ordres chez l'intermédiaire le moins cher.

Lire l'intégralité de l'article de Mathias Nuttin dans Trends-Tendances du 10 avril.

Nos partenaires