Londres élève ses réserves de changes dans un contexte marqué par le Brexit

08/02/16 à 17:06 - Mise à jour à 17:05

Source: Belga

Le gouvernement britannique a élevé d'un tiers ses réserves de devises étrangères en 2015, un mouvement vu par des économistes comme une possible protection monétaire à quelques mois d'un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne (UE).

Londres élève ses réserves de changes dans un contexte marqué par le Brexit

© iStockPhoto

Les réserves de devises du Trésor du Royaume-Uni sont passées de l'équivalent de 73,362 milliards de dollars en janvier 2015 à 98,189 milliards de dollars en janvier 2016, d'après des documents publiés par la Banque d'Angleterre (BoE) qui gère les réserves de change du gouvernement.

Ces réserves ont augmenté de façon assez régulière depuis le début 2010 mais l'ampleur de la hausse enregistrée en 2015 - 34% - a été plus nette que celle des années précédentes.

Ni la Banque d'Angleterre ni l'administration du Trésor n'ont commenté les raisons ayant présidé à l'élargissement de cette réserve de fonds, au moment où les marchés financiers observent avec une pointe d'inquiétude les débats autour du possible "Brexit" (pour "British exit", soit sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne).

"Nous ne connaissons pas exactement les intentions du gouvernement mais cela pourrait certainement être une explication: accumuler des réserves de changes comme précaution car il y aurait de la volatilité en cas de Brexit", a expliqué à l'AFP Scott Corfe, économiste au Centre for Economics and Business Research.

Si les électeurs britanniques choisissaient de quitter l'Union européenne, la livre sterling pourrait faire l'objet de ventes massives sur les marchés qui pourraient entraîner une chute de sa valeur allant jusqu'à 20%, d'après M. Corfe.

Le Premier ministre britannique David Cameron a promis d'organiser dans son pays un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'UE d'ici à la fin 2017. Aucune date n'a été fixée officiellement, mais si M. Cameron obtient un accord du Conseil européen des 18 et 19 février à un certain nombre de réformes demandées, cette consultation pourrait être organisée dès le mois de juin.

Nos partenaires