Le AAA de la France menacée si la crise en zone euro s'aggrave

23/11/11 à 14:34 - Mise à jour à 14:34

Source: Trends-Tendances

Fitch Ratings a estimé mercredi que la France méritait sa note "AAA", la meilleure possible, mais que celle-ci pourrait être menacée en cas d'aggravation de la crise en zone euro.

Le AAA de la France menacée si la crise en zone euro s'aggrave

© Image Globe

"Le AAA de la France serait en danger" en cas d'intensification de la crise, qui provoquerait un ralentissement économique plus prononcé en France et en Europe et contraindrait le pays à venir en aide à ses banques, écrit Fitch dans son analyse.

Selon l'agence, la France mérite son AAA actuel mais pourrait être contrainte à des mesures supplémentaires en matière budgétaire si elle veut atteindre son objectif de déficit de 3% du produit intérieur brut (PIB) en 2013, comme s'y est engagé le gouvernement.

Fitch prévoit que la dette atteindra un sommet à 91,7% du PIB en 2014, un niveau jugé "conforme avec le maintien du statut +AAA+" de la note du pays.

L'agence note que le dernier plan d'austérité adopté par la France "a renforcé la crédibilité" du programme du gouvernement pour la réduction du déficit.

Le triple A de la France continue d'être méritée pour Fitch au regard de son économie diversifiée et à haute valeur ajoutée, d'une assiette fiscale large et stable et des engagements du gouvernement à réduire le déficit et la dette.

L'agence relève que le déficit structurel de la France est moindre que celui du Royaume-Uni et des Etats-Unis, tous deux notés AAA par l'agence.

Ce nouveau rapport de Fitch est publié alors que la France, noté triple A auprès des trois grandes agences, a souffert ces derniers jour sur le marché obligataire, voyant l'écart entre ses taux à 10 ans et ceux de l'Allemagne atteindre un niveau record depuis la création de la zone euro.

Lundi, l'agence de notation Moody's Investors Service avait estimé qu'une hausse des taux des obligations françaises et des perspectives de croissance économique détériorées risquaient d'avoir des conséquences négatives sur la note de la dette de la France.

Trends.be avec Belga

Nos partenaires