La Fed maintient ses taux, vu le ralentissement "temporaire" de la croissance

04/05/17 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Source: Afp

La Banque centrale américaine (Fed) a maintenu les taux d'intérêt inchangés mercredi, citant un ralentissement "temporaire" de la croissance au 1er trimestre mais elle reste optimiste sur l'évolution de la première économie mondiale.

La Fed maintient ses taux, vu le ralentissement "temporaire" de la croissance

Janet Yellen, présidente de la Fed. © AFP

Le taux interbancaire au jour le jour est maintenu dans la fourchette de 0,75% à 1%, selon le communiqué du Comité monétaire (FOMC) qui continue à miser sur une expansion modérée de l'économie après un ralentissement "probablement temporaire" de la croissance de janvier à mars.

La Fed avait relevé les taux de 0,25% en mars, indiquant qu'elle prévoyait de les resserrer encore par deux fois d'ici la fin de l'année, une prévision qui reste visiblement d'actualité. Les marchés ne s'attendaient pas à ce qu'elle rehausse les taux mercredi.

Comme lors de ses derniers rendez-vous, le Comité répète sa conviction que les conditions économiques vont évoluer "d'une manière qui demandera des ajustements graduels dans le niveau des fonds fédéraux".

Il estime que "le ralentissement de la croissance au cours du 1er trimestre est probablement temporaire et continue de prévoir qu'avec les mesures graduelles d'assouplissement monétaire adéquates, l'activité économique progressera à un rythme modéré, les conditions du marché du travail se renforceront encore légèrement et l'inflation se stabilisera autour de 2% à moyen terme".

La croissance a été décevante au 1er trimestre à 0,7% en rythme annualisé contre 2,1% au quatrième trimestre. Le taux de chômage est tombé à 4,5%, le plus bas en dix ans en mars. Le gouvernement doit publier vendredi les chiffres de l'emploi pour avril et les analystes prévoient des créations d'emplois toujours soutenues (170.000) même si le taux de chômage pourrait remonter d'un dixième de point de pourcentage à 4,6%.

La Fed note que les dépenses des ménages n'ont augmenté "que modestement" (+0,3% au premier trimestre) mais assure que "les fondamentaux soutenant la progression de la consommation demeurent solides".

Elle relève que les investissements des entreprises se sont "raffermis". Elle note aussi que l'inflation a décliné sur un mois en mars -hormis les secteurs volatils de l'alimentation et de l'énergie- et qu'elle reste globalement "un peu en-dessous" de son objectif annuel de 2% (1,8%, selon l'indice PCE).

Nos partenaires