ING: Les syndicats appellent le personnel à la grève

03/10/16 à 10:01 - Mise à jour à 11:35

Source: Belga

Le front commun syndical de la banque ING, réuni lundi matin à Bruxelles dans la foulée du conseil d'entreprise extraordinaire annonçant les milliers de pertes d'emploi, va appeler le personnel de la banque à interrompre le travail dès lundi. Une grève est attendue pour vendredi.

ING: Les syndicats appellent le personnel à la grève

© BELGA

Les organisations de défense des travailleurs informaient lundi matin le personnel des sièges bruxellois (Marnix et Etterbeek) des intentions émises par la direction. "Si les gens souhaitent arrêter le travail dès maintenant, ils seront couverts", a indiqué Jean-Michel Cappoen, secrétaire général SETCa, au siège d'ING à Etterbeek. M. Cappoen a précisé avoir déjà eu vent d'agences qui s'arrêtaient et qui ont fermé leurs portes en guise de protestation. Les syndicats vont privilégier un "mouvement émotionnel" lundi. "Chaque membre du personnel, en agence ou dans un des sièges de Gand, Namur ou Bruxelles, va être invité à rentrer chez lui", a indiqué Nicolas Dinsart, porte-parole du SETCa zone Sud. "Nous ne participerons en outre pas aux différents conseils d'entreprise prévus cette semaine", a-t-il ajouté. Vendredi, tous les travailleurs de la filiale belge du bancassureur néerlandais sont invités à se rassembler devant le siège Marnix à Bruxelles.

"C'est une annonce brutale et inattendue qui va bien au-delà de la problématique de digitalisation", a analysé M. Cappoen. "Il y a clairement une volonté depuis les Pays-Bas de recentrer les activités. Sachant que le personnel a fait énormément d'efforts jusqu'ici, c'est difficile à accepter." Maarten Dedeyne, responsable national CGSLB Banques, confirme que le personnel est "vraiment choqué" par cette annonce. "Par le passé, nous avons réussi à conclure des CCT allant dans le sens de la continuité pour l'entreprise. Tout a toujours été négocié de façon constructive, ce qui rend la décision d'aujourd'hui encore plus inacceptable", a déclaré le représentant du syndicat libéral. "Nous allons maintenant négocier pour réduire au maximum le nombre de licenciements secs, qui peut aller jusqu'à 1.700." Les travailleurs seront encore informés mardi au travers d'assemblées générales.

En savoir plus sur:

Nos partenaires