Dexia : la direction a touché 4,4 millions d'euros en 2011

19/05/12 à 19:00 - Mise à jour à 19:00

Source: Trends-Tendances

Les 11 membres du comité de direction de Dexia Banque Belgique (rebaptisée Belfius Banque) ont touché en 2011 une rémunération de 4,38 millions d'euros au total, en ce compris une indemnité de rupture de 720.000 euros accordée à l'ancien directeur financier (CFO), Xavier de Walque.

Dexia : la direction a touché 4,4 millions d'euros en 2011

© Image Globe/Virginie Lefour

Les 11 membres du comité de direction ont touché une rémunération fixe de 3,09 millions d'euros en 2011. "La rémunération fixe est déterminée en considération de la nature et de l'importance des responsabilités exercées par chacun (et en tenant compte des références de marché pour des postes de dimension comparable)", explique le rapport annuel 2011 de Dexia Banque Belgique et repris par L'Echo et De Tijd.

A ce montant, s'ajoutent des rémunérations variables différées de 250.000 euros au titre de l'année 2009 et de 320.000 euros au titre de l'année 2010. Par contre, en raison des résultats dans le rouge de l'année 2011, il n'a pas été question de rémunération variable en 2011 ni pour les membres du comité de direction ni pour le senior management.

Quant à la prime de fonction, qui avait été payée pour la première fois en avril 2011 au titre de l'année 2010, elle n'a pas été prolongée pour l'année 2011.

Le rapport annuel mentionne également le versement d'une indemnité de rupture de 720.000 euros à un membre du comité de direction. Selon la porte-parole de Belfius, il s'agit de l'ancien directeur financier et vice-président du comité de direction, Xavier de Walque qui avait pourtant démissionné de ses fonctions au printemps 2011. Son indemnité de rupture s'explique par le fait qu'il avait auparavant occupé des fonctions au niveau de Dexia SA.

Enfin, le rapport signale le paiement en 2011 d'un total de 720.000 euros (460.000 euros de rémunération fixe + 260.000 euros de rémunérations variables différées) à quatre collaborateurs "dont les activités peuvent influencer significativement le profil de risque de l'institution".

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires