Des changements favorables pour nos comptes épargne!

04/02/14 à 14:49 - Mise à jour à 14:49

Source: Trends-Tendances

Le compte d'épargne jouit toujours des faveurs des épargnants. Et les quelques modifications importantes entrées en vigueur ces derniers mois jouent à leur avantage, même si elles ne simplifient pas les choses.

Des changements favorables pour nos comptes épargne!

© Thinkstock

Malgré un léger reflux des avoirs stationnés sur les comptes d'épargne - de près de 247,4 milliards d'euros fin octobre 2013 à 246,9 milliards d'euros fin novembre 2013, de nombreux épargnants restent fidèles à ce produit dans leur quête de sécurité et d'un rendement plus élevé. Succès du compte d'épargne Plusieurs facteurs peuvent expliquer le succès constant du compte d'épargne. En premier lieu, ce produit bénéficie d'une fiscalité très favorable. Alors que le précompte mobilier (PM) se monte à 25 % à partir du premier centime d'euro sur la plupart des placements à revenu fixe, sur le compte d'épargne la première tranche de 1.900 euros d'intérêts - montant valable pour l'année de revenus 2014 - est exonérée de PM. Vous ne payez 15 % de PM qu'au-dessus de ce plafond. Attention : la Cour constitutionnelle vient toutefois d'annuler les dispositions légales prévoyant ce PM de 15 %. Les intérêts excédant 1.900 euros seront taxés au précompte général de 25 %.

Les personnes mariées et les cohabitants légaux bénéficient d'une double exonération de maximum 3.800 euros. En outre, de nombreux épargnants ouvrent des comptes dans plusieurs banques, ce qui leur permet dans la pratique - et bien que cela ne soit pas correct d'un point de vue fiscal - de bénéficier plusieurs fois de l'exonération de 1.900 euros. L'argent placé sur un compte d'épargne est toujours disponible ; dans le pire des cas, vous perdez la prime de fidélité. Enfin, si nous additionnons les taux de base et primes de fidélité proposés, nous constatons qu'il reste actuellement - tarifs en vigueur au 15 janvier - six comptes d'épargne qui rapportent au moins 2 %. Vous trouverez un aperçu à jour du marché sur www.bankshopper.be.

Modifications importantes En plus du taux de base, vous bénéficiez d'une prime de fidélité pour les montants qui restent au moins 12 mois sur le compte d'épargne. Le pourcentage de la prime de fidélité est fixé pour ces 12 mois au moment où vous procédez au versement. Depuis le 1er octobre 2013, les primes de fidélité acquises sont versées tous les trois mois. Elles produisent à leur tour des intérêts à partir du premier jour du trimestre qui suit le trimestre où elles ont été acquises. Par conséquent, les primes de fidélité acquises pendant le premier trimestre - les mois de janvier, février et mars - rapportent des intérêts à partir du 1er avril. Les primes de fidélité acquises durant les deuxième, troisième et quatrième trimestres produisent des intérêts à partir, respectivement, du 1er juillet, 1er octobre et du 1er janvier. Un petit exemple clarifiera les choses. Imaginez, par exemple, que vous versiez 1.000 euros sur votre compte d'épargne le 1er décembre 2013. Le taux de base s'élève à 1,50 % sur base annuelle. Le 1er mars, vous recevez les intérêts pour la période du 1er décembre 2013 au 28 février 2014, soit un trimestre. Vous touchez un quart de 1,50 % sur base annuelle, soit 3,75 euros. Comme ces 1.000 euros ne sont restés que trois mois sur votre compte d'épargne, vous ne recevez pas (encore) de prime de fidélité. Vous laissez ces 1.000 euros sur votre compte d'épargne jusqu'au 1er décembre 2014, soit 12 mois - du 1er décembre 2013 au 1er décembre 2014. A ce moment, vous avez droit à une prime de fidélité. Si cette prime de fidélité se monte à 1 %, vous avez acquis le 1er décembre 2014 un montant de 10 euros.

Deuxième nouveauté depuis le 1er janvier 2014 : vous conservez la prime de fidélité si vous virez votre argent d'un compte d'épargne à un autre compte d'épargne ouvert au nom du même épargnant dans la même banque. La condition de la "même banque" doit être interprétée au sens strict. Par exemple, vous perdez la période acquise si vous virez de l'argent d'une "banque filiale" vers une "banque mère" - par exemple de Fintro à BNP Paribas Fortis. De plus, vous devez virer au moins 500 euros et vous ne pouvez bénéficier de cette règle plus de trois fois par an. Petit exemple. A la Banque de la Poste, vous avez ouvert à la fois un compte d'épargne en ligne assorti d'une prime de fidélité de 1,10 % et un compte fidélité avec une prime de fidélité de 1,50 %. Si vous virez au moins 500 euros du compte d'épargne en ligne vers le compte fidélité après 11 mois, vous recevrez 1,10 % pour 11 mois et 1,50 % pour un mois. Sachez également que vous ne devez pas nécessairement être le seul titulaire du compte pour bénéficier de cette mesure. Vous pouvez également effectuer un virement d'un compte dont vous êtes seul titulaire vers un autre compte ouvert à votre nom et à celui de votre conjoint, ou vice versa.

Une autre modification importante depuis le 1er janvier 2014 oblige désormais les banques à garantir toute augmentation des taux pendant au moins trois mois. Par conséquent, si une banque applique un taux plus élevé le 1er mars, elle ne peut plus l'abaisser jusqu'à fin mai. Elle pourra cependant appliquer un taux plus bas à partir du 1er juin. Seule exception : si la Banque centrale européenne abaisse son taux directeur pendant ces trois mois, la banque peut revoir ses taux à la baisse.

Une dernière modification concerne les conditions qui peuvent être associées à un compte d'épargne. Plus question, par exemple, d'attirer de nouveaux clients en leur proposant un taux supérieur à celui dont bénéficient les clients fidèles. Attention : les banques peuvent toujours appliquer différents taux sur leurs comptes d'épargne. Ainsi, un compte en ligne peut être assorti d'un taux différent - dans la pratique, généralement plus élevé - d'un compte d'épargne ordinaire. De même, les banques peuvent appliquer des taux différents si le capital placé sur un compte d'épargne est supérieur à un montant donné. Enfin, les banques peuvent continuer à appliquer des taux d'exception sur la base de l'âge de l'épargnant, si c'est un épargnant professionnel ou un sociétaire d'une coopérative.

JOHAN STEENACKERS

Nos partenaires