Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/01/11 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Automobile : le pire n'a pas eu lieu... loin de là !

Souvenez-vous, au début de cette crise qui n'en finit pas, on nous prédisait le pire pour le secteur automobile. On disait que ce secteur était à l'agonie, qu'il vivait ses dernières heures en Occident. Et puis, patatras, les chiffres sont tombés et que constate-t-on ? Que le secteur automobile ne s'est jamais aussi bien porté.

Comme toujours, le pire n'a pas eu lieu. Fort heureusement, d'ailleurs ! Souvenez-vous, au début de cette crise qui n'en finit pas, on nous prédisait le pire pour le secteur automobile. On disait que ce secteur était à l'agonie, qu'il vivait ses dernières heures en Occident. Et puis, patatras, les chiffres sont tombés et que constate-t-on ? Que le secteur automobile ne s'est jamais aussi bien porté.

En Belgique, le record de ventes de voitures neuves datait de 2008. A l'époque, on avait immatriculé 535.000 voitures en Belgique. Eh bien, ce record est battu car les chiffres pour 2010 montrent qu'il y a eu 547.000 immatriculations de voitures neuves l'an dernier. Soit 11.000 voitures de plus que le record de 2008 ! Pas mal pour année de crise !

Et grâce à quoi ? Un peu au gouvernement, un peu à la conjoncture. Le gouvernement a donné un coup de pouce avec la prime fédérale accordée aux véhicules rejetant peu de CO2 (moins de 115 g/km). Au second semestre, c'est le boom des voitures de société qui a sauvé la mise au secteur automobile. En 2009, en pleine tourmente économique et boursière, beaucoup d'entreprises ont préféré prolonger d'un an leur contrat de leasing pour leur parc de voitures de société. Ce n'est plus le cas aujourd'hui et c'est un bon signe. Cela veut également dire que les entreprises ont davantage confiance dans l'économie qu'hier.

Evidemment, comme nous sommes dans une économie de la consommation, la question qui brûle les lèvres est : qu'en sera-t-il pour 2011 ? A priori, l'année a des chances d'être bonne sans être un record. D'abord, parce que le gouvernement - si, un jour, nous en avons un - risque de ne pas prolonger la prime fédérale. Ensuite, parce que 2010 était l'année du Salon de l'auto, alors que 2011 sera l'année du "petit salon", celui des véhicules utilitaires.

La fédération automobile s'attend malgré tout à vendre plus de 520.000 véhicules en 2011, ce qui serait pas mal du tout. Il faut dire que le secteur en a besoin, car la grande tendance est là : les particuliers achètent des voitures de plus en plus petites. Les marges le sont donc également...

Nos partenaires