De nombreux indépendants exercent en personne physique, sans société. Leurs revenus sont imposés au titre de revenus personnels. Comme les indépendants perçoivent une maigre pension, nombre d'entre eux souscrivent une Pension Libre Complémentaire pour Indépendants, ou PLCI. " Mais le montant que l'on peut épargner de cette façon est plafonné à 3.291 euros par an ", explique Annemie Huysmans, spécialiste en assurances chez ING. " C'est pourquoi la Convention de Pension pour Travailleurs Indépendants (CPTI) a été lancée le 1er janvier 2018. Il s'agit d'un moyen supplémentaire d'épargner pour sa pension, d'une manière fiscalement intéressante, si vous ne possédez pas de société. "

Impôt des personnes physiques

Cette CPTI fonctionne exactement de la même manière que l'Engagement individuel de Pension (EIP) pour les indépendants qui exercent en société. Le montant que l'on peut mettre de côté pour sa pension est déterminé suivant la règle des 80 %. Des paramètres tels que l'état civil et les avantages de toute nature entrent en ligne de compte. Comme la CPTI n'existe que depuis 2018, les trois derniers avertissements-extraits de rôle de l'impôt des personnes physiques sont pris en considération. Selon Annemie Huysmans, les montants concrets épargnés chaque année via la CPTI fluctuent fortement : de 10.000 à 50.000 euros. La CPTI est surtout intéressante pour ceux qui gagnent au moins 35.000 euros par an.

Annemie Huysmans, spécialiste en assurances chez ING

Grâce à la CPTI, les indépendants sans société peuvent également épargner pour leur pension de manière fiscalement avantageuse. " Trente pour cent de la prime annuelle est déductible fiscalement ", poursuit Annemie Huysmans. " Il est vrai que cet avantage fiscal est imposé, comme le sont d'autres avantages : il existe ainsi une taxe sur les primes et un impôt le jour où les primes épargnées sont versées. Mais dans l'ensemble, la CPTI reste toujours très attrayante d'un point de vue fiscal. " De plus, les primes pour les garanties complémentaires (telles que le revenu garanti ou la couverture décès) sont moins chères lorsqu'elles sont combinées.

La Convention de Pension pour Travailleurs Indépendants (CPTI) peut être combinée avec la Pension Libre Complémentaire pour Indépendants (PLCI)

Trois formules

ING donne le ton en matière d'épargne-pension pour les indépendants. Cela vaut aussi pour la CPTI. Il existe trois formules. " La première formule est "Secure" ", précise Annemie Huysmans. " Il s'agit d'une assurance-épargne (appelée aussi Branche 21) assortie d'un intérêt garanti de 1 % (taux actuellement en vigueur), ainsi que d'une participation bénéficiaire. Cet intérêt est "vertical" : si ce taux augmente plus tard, le montant déjà épargné pourra également bénéficier rétroactivement du taux plus élevé. " Compte tenu de la faiblesse actuelle des taux, la probabilité que ceux-ci augmentent est réelle. ING fait figure d'exception sur le marché, de nombreuses autres entreprises ayant cessé de proposer des produits de Branche 21 parce qu'elles estiment qu'ils ne leur offrent pas un rendement suffisant. La deuxième formule est "Invest". Ici, vous optez pour une assurance vie (Branche 23) en fonction de votre profil de risque. Cette formule permet de viser un rendement supérieur, mais cela implique un risque de capital plus important, car ces produits investissent dans des fonds. La troisième formule, baptisée "Mixed plan", est une CPTI qui combine les deux formules précédentes. "

Les avantages des CPTI d'ING sont très clairs. " Tout d'abord, il y a le taux d'intérêt garanti doublé de la participation bénéficiaire. Ceux qui osent prendre plus de risques peuvent augmenter leur rendement potentiel avec la formule Invest. Ensuite, il y a l'avantage fiscal de 30 % : de chaque 100 euros que vous investissez dans votre CPTI, vous pouvez déduire fiscalement 30 euros. Enfin, ING peut compter sur ses spécialistes en assurances pour fournir des conseils avisés et de l'aide concrète aux indépendants sur le terrain. Et n'oubliez pas : les indépendants sans société peuvent bien entendu commencer par souscrire une PLCI. Les deux types d'épargne-pension peuvent parfaitement être combinés. "

Le contenu de l'article ci-dessus a été rédigé en collaboration avec ING.

Envie d'en savoir plus sur les solutions de pension d'ING ?

Rendez-vous sur ing.be/businesspension

De nombreux indépendants exercent en personne physique, sans société. Leurs revenus sont imposés au titre de revenus personnels. Comme les indépendants perçoivent une maigre pension, nombre d'entre eux souscrivent une Pension Libre Complémentaire pour Indépendants, ou PLCI. " Mais le montant que l'on peut épargner de cette façon est plafonné à 3.291 euros par an ", explique Annemie Huysmans, spécialiste en assurances chez ING. " C'est pourquoi la Convention de Pension pour Travailleurs Indépendants (CPTI) a été lancée le 1er janvier 2018. Il s'agit d'un moyen supplémentaire d'épargner pour sa pension, d'une manière fiscalement intéressante, si vous ne possédez pas de société. " Cette CPTI fonctionne exactement de la même manière que l'Engagement individuel de Pension (EIP) pour les indépendants qui exercent en société. Le montant que l'on peut mettre de côté pour sa pension est déterminé suivant la règle des 80 %. Des paramètres tels que l'état civil et les avantages de toute nature entrent en ligne de compte. Comme la CPTI n'existe que depuis 2018, les trois derniers avertissements-extraits de rôle de l'impôt des personnes physiques sont pris en considération. Selon Annemie Huysmans, les montants concrets épargnés chaque année via la CPTI fluctuent fortement : de 10.000 à 50.000 euros. La CPTI est surtout intéressante pour ceux qui gagnent au moins 35.000 euros par an. Grâce à la CPTI, les indépendants sans société peuvent également épargner pour leur pension de manière fiscalement avantageuse. " Trente pour cent de la prime annuelle est déductible fiscalement ", poursuit Annemie Huysmans. " Il est vrai que cet avantage fiscal est imposé, comme le sont d'autres avantages : il existe ainsi une taxe sur les primes et un impôt le jour où les primes épargnées sont versées. Mais dans l'ensemble, la CPTI reste toujours très attrayante d'un point de vue fiscal. " De plus, les primes pour les garanties complémentaires (telles que le revenu garanti ou la couverture décès) sont moins chères lorsqu'elles sont combinées. ING donne le ton en matière d'épargne-pension pour les indépendants. Cela vaut aussi pour la CPTI. Il existe trois formules. " La première formule est "Secure" ", précise Annemie Huysmans. " Il s'agit d'une assurance-épargne (appelée aussi Branche 21) assortie d'un intérêt garanti de 1 % (taux actuellement en vigueur), ainsi que d'une participation bénéficiaire. Cet intérêt est "vertical" : si ce taux augmente plus tard, le montant déjà épargné pourra également bénéficier rétroactivement du taux plus élevé. " Compte tenu de la faiblesse actuelle des taux, la probabilité que ceux-ci augmentent est réelle. ING fait figure d'exception sur le marché, de nombreuses autres entreprises ayant cessé de proposer des produits de Branche 21 parce qu'elles estiment qu'ils ne leur offrent pas un rendement suffisant. La deuxième formule est "Invest". Ici, vous optez pour une assurance vie (Branche 23) en fonction de votre profil de risque. Cette formule permet de viser un rendement supérieur, mais cela implique un risque de capital plus important, car ces produits investissent dans des fonds. La troisième formule, baptisée "Mixed plan", est une CPTI qui combine les deux formules précédentes. " Les avantages des CPTI d'ING sont très clairs. " Tout d'abord, il y a le taux d'intérêt garanti doublé de la participation bénéficiaire. Ceux qui osent prendre plus de risques peuvent augmenter leur rendement potentiel avec la formule Invest. Ensuite, il y a l'avantage fiscal de 30 % : de chaque 100 euros que vous investissez dans votre CPTI, vous pouvez déduire fiscalement 30 euros. Enfin, ING peut compter sur ses spécialistes en assurances pour fournir des conseils avisés et de l'aide concrète aux indépendants sur le terrain. Et n'oubliez pas : les indépendants sans société peuvent bien entendu commencer par souscrire une PLCI. Les deux types d'épargne-pension peuvent parfaitement être combinés. " Le contenu de l'article ci-dessus a été rédigé en collaboration avec ING.