Les indépendants ont tout intérêt à se constituer une pension complémentaire en plus de leur pension de base. Beaucoup ont par exemple recours à la PLCI (Pension Libre Complémentaire pour Indépendants). Les indépendants ayant une société disposent d'une autre option particulièrement intéressante : l'EIP, Engagement Individuel de Pension. Annemie Huysmans, spécialiste des assurances chez ING, explique : " Pour les indépendants ayant une société, l'EIP est une façon idéale de se constituer un deuxième pilier. En plus de leur pension légale, ils peuvent épargner de l'argent par le biais de leur société. Cet argent leur sera versé à leur 67e anniversaire. L'EIP est un moyen très bon marché et fiscalement intéressant d'épargner de l'argent privé via son entreprise. " Pour la société, les montants épargnés sont déductibles à 100 %.

Trois options

Cela paraît attrayant, n'est-ce pas ? La formule s'accompagne toutefois de quelques restrictions. Le montant que l'on peut épargner via l'EIP est plafonné. Ce montant dépend d'une série de paramètres. " Votre salaire, vos avantages de toute nature, votre situation familiale et les résultats de votre entreprise interviennent tous dans la règle dite des 80 % ", explique Annemie Huysmans. " C'est ainsi qu'est déterminé le montant maximum que vous pouvez économiser dans votre EIP chaque année. "

Mais qu'à cela ne tienne. Les avantages de la formule sont particulièrement intéressants. ING, en collaboration avec AXA Assurances, propose trois types de produits EIP. " Il y a d'abord "Secure", un produit de la Branche 21 complet qui offre un rendement garanti de 1 % (taux en vigueur en ce moment). Compte tenu des conditions de marché actuelles, il s'agit d'un taux garanti avantageux. S'ajoute à cela une participation bénéficiaire qui, jusqu'à présent, a généralement porté le rendement autour de 2 % ", précise Annemie Huysmans. Le produit "Invest" permet d'investir les montants épargnés (Branche 23) suivant un profil de risque déterminé : neutre, défensif ou dynamique. " Les simulations nous apprennent qu'avec une approche dynamique, on peut obtenir un rendement compris entre 3,5 et 7 % ", explique la spécialiste des assurances. La troisième option consiste à combiner le produit de la Branche 21 avec le produit de la Branche 23.

Annemie Huysmans, spécialiste des assurances chez ING

ING offre rendement et sécurité

Bien entendu, ING n'est pas la seule à proposer des EIP. Mais les avantages des trois produits EIP d'ING sont indéniables. Il y a d'abord le rendement élevé de l'épargne : même dans une Branche 21, on a la garantie d'un rendement de 1 % (taux en vigueur en ce moment) avec, en plus, une participation bénéficiaire. Autre caractéristique de l'offre d'ING : le taux dit "vertical". " Ici, lorsqu'un nouveau taux d'intérêt entre en vigueur, il s'applique non seulement aux montants versés à ce moment-là, mais aussi rétroactivement à tous les montants versés antérieurement. C'est un avantage inestimable, surtout en cas de taux historiquement bas. Car nous estimons qu'à long terme, les taux ne peuvent qu'augmenter ", poursuit Annemie Huysmans.

Si, en tant qu'indépendant à la tête d'une entreprise, vous combinez votre EIP avec d'autres garanties, comme une couverture décès ou un revenu garanti, les primes deviennent jusqu'à 20 % moins chères. Dernier atout de taille : vous pouvez prendre une avance sur votre pension ainsi accumulée avant même de partir à la retraite. " Imaginez qu'à l'occasion de votre 50e anniversaire, vous souhaitiez acheter une résidence secondaire en Espagne. Vous pouvez alors utiliser une partie de votre EIP pour financer cet investissement. Vous pouvez utiliser jusqu'à 75 % de la réserve constituée ", constate Annemie Huysmans.

Coronavirus

Terminons par quelques mots sur la crise du coronavirus. Bien entendu, la pandémie vient jouer quelque peu les trouble-fêtes. Ainsi, certains indépendants interrompent temporairement leur épargne-pension complémentaire. Et il y a la loi qui dit qu'en tant que gérant, vous devez toucher un revenu mensuel régulier pour pouvoir bénéficier de l'EIP. Annemie Huysmans nuance cependant cette affirmation : " En théorie, un gérant qui ne s'octroie pas de salaire, mais qui bénéficie entre-temps d'un droit passerelle corona ne devrait pas pouvoir faire de versements EIP. Nous supposons toutefois que le fisc se montrera suffisamment flexible à cet égard. "

Le contenu de l'article ci-dessus a été rédigé en collaboration avec ING.

Envie d'en savoir plus sur les solutions de pension d'ING ?

Rendez-vous sur ing.be/businesspension

Les indépendants ont tout intérêt à se constituer une pension complémentaire en plus de leur pension de base. Beaucoup ont par exemple recours à la PLCI (Pension Libre Complémentaire pour Indépendants). Les indépendants ayant une société disposent d'une autre option particulièrement intéressante : l'EIP, Engagement Individuel de Pension. Annemie Huysmans, spécialiste des assurances chez ING, explique : " Pour les indépendants ayant une société, l'EIP est une façon idéale de se constituer un deuxième pilier. En plus de leur pension légale, ils peuvent épargner de l'argent par le biais de leur société. Cet argent leur sera versé à leur 67e anniversaire. L'EIP est un moyen très bon marché et fiscalement intéressant d'épargner de l'argent privé via son entreprise. " Pour la société, les montants épargnés sont déductibles à 100 %.Cela paraît attrayant, n'est-ce pas ? La formule s'accompagne toutefois de quelques restrictions. Le montant que l'on peut épargner via l'EIP est plafonné. Ce montant dépend d'une série de paramètres. " Votre salaire, vos avantages de toute nature, votre situation familiale et les résultats de votre entreprise interviennent tous dans la règle dite des 80 % ", explique Annemie Huysmans. " C'est ainsi qu'est déterminé le montant maximum que vous pouvez économiser dans votre EIP chaque année. "Mais qu'à cela ne tienne. Les avantages de la formule sont particulièrement intéressants. ING, en collaboration avec AXA Assurances, propose trois types de produits EIP. " Il y a d'abord "Secure", un produit de la Branche 21 complet qui offre un rendement garanti de 1 % (taux en vigueur en ce moment). Compte tenu des conditions de marché actuelles, il s'agit d'un taux garanti avantageux. S'ajoute à cela une participation bénéficiaire qui, jusqu'à présent, a généralement porté le rendement autour de 2 % ", précise Annemie Huysmans. Le produit "Invest" permet d'investir les montants épargnés (Branche 23) suivant un profil de risque déterminé : neutre, défensif ou dynamique. " Les simulations nous apprennent qu'avec une approche dynamique, on peut obtenir un rendement compris entre 3,5 et 7 % ", explique la spécialiste des assurances. La troisième option consiste à combiner le produit de la Branche 21 avec le produit de la Branche 23.Bien entendu, ING n'est pas la seule à proposer des EIP. Mais les avantages des trois produits EIP d'ING sont indéniables. Il y a d'abord le rendement élevé de l'épargne : même dans une Branche 21, on a la garantie d'un rendement de 1 % (taux en vigueur en ce moment) avec, en plus, une participation bénéficiaire. Autre caractéristique de l'offre d'ING : le taux dit "vertical". " Ici, lorsqu'un nouveau taux d'intérêt entre en vigueur, il s'applique non seulement aux montants versés à ce moment-là, mais aussi rétroactivement à tous les montants versés antérieurement. C'est un avantage inestimable, surtout en cas de taux historiquement bas. Car nous estimons qu'à long terme, les taux ne peuvent qu'augmenter ", poursuit Annemie Huysmans.Si, en tant qu'indépendant à la tête d'une entreprise, vous combinez votre EIP avec d'autres garanties, comme une couverture décès ou un revenu garanti, les primes deviennent jusqu'à 20 % moins chères. Dernier atout de taille : vous pouvez prendre une avance sur votre pension ainsi accumulée avant même de partir à la retraite. " Imaginez qu'à l'occasion de votre 50e anniversaire, vous souhaitiez acheter une résidence secondaire en Espagne. Vous pouvez alors utiliser une partie de votre EIP pour financer cet investissement. Vous pouvez utiliser jusqu'à 75 % de la réserve constituée ", constate Annemie Huysmans. Terminons par quelques mots sur la crise du coronavirus. Bien entendu, la pandémie vient jouer quelque peu les trouble-fêtes. Ainsi, certains indépendants interrompent temporairement leur épargne-pension complémentaire. Et il y a la loi qui dit qu'en tant que gérant, vous devez toucher un revenu mensuel régulier pour pouvoir bénéficier de l'EIP. Annemie Huysmans nuance cependant cette affirmation : " En théorie, un gérant qui ne s'octroie pas de salaire, mais qui bénéficie entre-temps d'un droit passerelle corona ne devrait pas pouvoir faire de versements EIP. Nous supposons toutefois que le fisc se montrera suffisamment flexible à cet égard. "Le contenu de l'article ci-dessus a été rédigé en collaboration avec ING.