Depuis peu, Candriam est sous le feu des projecteurs: Anderlecht et le Club de Bruges ont récemment accueilli le gestionnaire d'actifs comme nouveau sponsor maillot pour les prochaines saisons. Début juillet, on apprenait également que le groupe allait reprendre les activités de multigestion alternative du français Rothschild & Co. " Nous sommes évidemment ravis de ce transfert ", déclare le CEO Naïm Abou-Jaoudé. " Ce partenariat est une très belle reconnaissance de notre projet de reprise, de la qualité de nos équipes, de nos expertises et de nos processus de gestion. "

" Depuis notre acquisition par l'assureur-vie américain New York Life Investments en 2014, nos actifs sous gestion sont passés de 65 à 130 milliards d'euros. Année après année, nous nous classons également parmi les 10 gestionnaires d'actifs avec la plus forte croissance d'actifs en Europe. En parallèle de cette forte croissance organique, nous avons entrepris, depuis deux ans, plusieurs opérations de croissance externe. La première en 2018, avec la reprise de Tristan Capital Partner, un gérant de premier plan dans le private equity immobilier commercial. Candriam a ensuite été choisi pour l'intégration des activités de gestion directe d'ABN Amro Investment Solutions couvrant des fonds et mandats institutionnels et privés. Enfin, plus récemment, Rothschild & Co nous a confié la gestion de ses fonds alternatifs. Tout cela démontre la confiance que nous accorde nos partenaires, et la qualité de la gestion de Candriam sur la durée. "

Qu'a représenté, pour les clients belges, l'acquisition par New York Life Investments?

Naïm Abou-Jaoudé: " Le fait que nous fassions désormais partie d'un grand groupe international indépendant, une société d'assurance-vie avec plus de 175 ans d'histoire, garantit une grande stabilité et donne confiance à nos clients. Les partenariats réalisés ces dernières années démontrent bien la capacité de Candriam à rayonner et à exporter sa gestion en dehors de la Belgique, en Europe et partout dans le monde. "

Quelle est l'importance des bureaux bruxellois au sein du groupe Candriam?

Vincent Hamelink: " Candriam est né ici et y est toujours solidement ancré. Nos bureaux bruxellois occupent 300 experts. Principalement des analystes et des gestionnaires de portefeuilles chargés du suivi de plus de 70 milliards de fonds. Nous gérons des mandats pour des clients aussi bien institutionnels que privés. La plateforme belge représente non seulement notre plus grand centre de gestion d'actifs, mais les équipes gèrent notamment aussi tous les fonds thématiques et ESG de Candriam, dont des fonds dédiés à la biotechnologie, à l'économie circulaire, à la lutte contre le changement climatique, aux soins de santé, etc. C'est l'une des activités pour lesquelles nous travaillons en étroite collaboration avec Belfius. La vision de Belfius sur l'investissement durable avec impact rejoint entièrement la philosophie de Candriam. Ce n'est pas sans raison si notre nom dérive de l'anglais Conviction AND Responsibility In Asset Management. " https://trends.levif.be/economie/trends-information-services/des-criteres-de-selection-stricts-ainsi-qu-un-suivi-actif-garantissent-des-investissements-durables-et-pleins-de-sens/article-publishingpartner-1309189.html

Vincent Hamelink, Chief Investment Officer chez Candriam

Naïm Abou-Jaoudé:" Le partenariat belge entre Belfius et Candriam offre également une alliance unique de savoir-faire: une gestion d'actifs avec une expertise étendue, de dimension internationale, et une expérience inédite de Private Banking et de Wealth Management adaptée aux besoins de la clientèle belge. Cette étroite collaboration de près de 25 ans démontre bien nos complémentarités et nos valeurs partagées. "

Nous traversons une crise économique suite à la pandémie du Covid-19. Quelle est la vision actuelle de Candriam en matière d'investissements?

Naïm Abou-Jaoudé:" La plupart des pays développés ont pris un large éventail de mesures pour protéger la population contre la perte de revenus. Mais la contraction de l'économie n'a pas pu être compensée. Tant en Europe qu'aux États-Unis, on s'attend à une diminution de 30% des investissements de la part des entreprises. Sans stimuli fiscaux supplémentaires, cela risque d'entraîner un effet négatif à long terme. "

" Heureusement, les dirigeants européens sont récemment parvenus à un accord sur un fonds de relance de 750 milliards d'euros. Il doit contribuer à une reprise économique dans les pays ayant été le plus touchés par la crise, comme l'Italie et l'Espagne, ainsi qu'à une nouvelle dynamique d'investissement dans toute l'UE. Nous pensons que c'est le moment idéal pour l'Europe d'investir massivement dans une économie plus durable, en tenant largement compte de la protection de l'environnement et de la qualité de notre cadre de vie. "

Naïm Abou-Jaoudé, CEO chez Candriam

Plus d'un tiers de votre portefeuille est constitué d'investissements durables. Comment voyez-vous cela évoluer?

Vincent Hamelink:" Je suis optimiste. Il y a 10 ans, 5% de notre portefeuille étaient investis dans des fonds répondant aux critères ESG, alors qu'aujourd'hui ce chiffre s'établit à 35% ! Mais cette croissance n'est pas un objectif en soi. Notre véritable objectif, en coopération avec Belfius Private Banking, est de convaincre les clients que leur capital génère de meilleurs rendements dans des fonds durables et qu'ils peuvent en même temps avoir un réel impact sur toutes les parties prenantes. "

Naïm Abou-Jaoudé:" Nous assistons à une augmentation croissante de l'importance de l'impact sociétal des investissements, une évolution que nous ne pouvons qu'applaudir. Car Candriam ne se concentre pas uniquement sur les investissements, mais entend aussi jouer un rôle actif au sein de la communauté financière, afin de créer davantage de durabilité pour la société dans son ensemble - une responsabilité qui nous tient à coeur. Nous la mettons en oeuvre de deux manières : d'une part, via nos fonds, qui investissent directement dans des entreprises qui font la différence et, d'autre part, en dédiant une partie des revenus générés par ces fonds à l'inclusion sociale, la formation ou la recherche. Ainsi, l'impact est double, tant sur le plan financier que sociétal et environnemental, et nous pouvons réellement faire la différence avec nos clients. "

Vincent Hamelink: " Nous avons lancé des solutions d'investissement sur le cancer, le changement climatique, l'économie circulaire et nous planchons sur la création de plusieurs fonds ayant tous un impact positif sur la société et axés sur des thèmes spécifiques comme la santé, la diversité, l'environnement et le vieillissement de la population. " https://trends.levif.be/economie/trends-information-services/le-covid-19-renforce-la-tendance-d-une-gestion-durable-et-generatrice-d-impact-des-actifs/article-publishingpartner-1304719.html

Pour conclure, comment innovez-vous dans la gestion d'actifs?

Vincent Hamelink: " Nous misons de plus en plus sur la technologie. Les big data gagnent en importance et sont déjà pleinement utilisées, comme par exemple pour le suivi de la pandémie actuelle : les données relatives à l'intensité du trafic peuvent ainsi fournir une indication importante sur la reprise économique. Dans nos analyses de durabilité des entreprises, nous nous basons également sur une masse de données, fournies par les entreprises elles-mêmes, des organismes de contrôle et des ONG. Outre les recherches approfondies effectuées par nos analystes, nous avons aussi recours à l'intelligence artificielle, afin d'obtenir de meilleures informations, encore plus rapidement. "

Naïm Abou-Jaoudé: " Nous sommes constamment à la recherche d'entreprises innovantes qui répondent aux enjeux de demain - climat, raréfaction des matières premières, évolution démographique, soins de santé, creusement des inégalités... - en créant et développant des solutions technologiques durables et moins consommatrices pour notre planète. Nous constatons que la crise sanitaire mondiale a encore renforcé la puissance et la vitesse de ces mégatendances, et l'urgence d'y répondre. Nous avons clairement remarqué que les entreprises qui s'adaptent dans ce sens ont mieux résisté pendant la crise du Covid-19 et nous sommes convaincus qu'elles profiteront également de la croissance structurelle au cours des prochaines décennies. "

Depuis peu, Candriam est sous le feu des projecteurs: Anderlecht et le Club de Bruges ont récemment accueilli le gestionnaire d'actifs comme nouveau sponsor maillot pour les prochaines saisons. Début juillet, on apprenait également que le groupe allait reprendre les activités de multigestion alternative du français Rothschild & Co. " Nous sommes évidemment ravis de ce transfert ", déclare le CEO Naïm Abou-Jaoudé. " Ce partenariat est une très belle reconnaissance de notre projet de reprise, de la qualité de nos équipes, de nos expertises et de nos processus de gestion. "" Depuis notre acquisition par l'assureur-vie américain New York Life Investments en 2014, nos actifs sous gestion sont passés de 65 à 130 milliards d'euros. Année après année, nous nous classons également parmi les 10 gestionnaires d'actifs avec la plus forte croissance d'actifs en Europe. En parallèle de cette forte croissance organique, nous avons entrepris, depuis deux ans, plusieurs opérations de croissance externe. La première en 2018, avec la reprise de Tristan Capital Partner, un gérant de premier plan dans le private equity immobilier commercial. Candriam a ensuite été choisi pour l'intégration des activités de gestion directe d'ABN Amro Investment Solutions couvrant des fonds et mandats institutionnels et privés. Enfin, plus récemment, Rothschild & Co nous a confié la gestion de ses fonds alternatifs. Tout cela démontre la confiance que nous accorde nos partenaires, et la qualité de la gestion de Candriam sur la durée. "Naïm Abou-Jaoudé: " Le fait que nous fassions désormais partie d'un grand groupe international indépendant, une société d'assurance-vie avec plus de 175 ans d'histoire, garantit une grande stabilité et donne confiance à nos clients. Les partenariats réalisés ces dernières années démontrent bien la capacité de Candriam à rayonner et à exporter sa gestion en dehors de la Belgique, en Europe et partout dans le monde. " Vincent Hamelink: " Candriam est né ici et y est toujours solidement ancré. Nos bureaux bruxellois occupent 300 experts. Principalement des analystes et des gestionnaires de portefeuilles chargés du suivi de plus de 70 milliards de fonds. Nous gérons des mandats pour des clients aussi bien institutionnels que privés. La plateforme belge représente non seulement notre plus grand centre de gestion d'actifs, mais les équipes gèrent notamment aussi tous les fonds thématiques et ESG de Candriam, dont des fonds dédiés à la biotechnologie, à l'économie circulaire, à la lutte contre le changement climatique, aux soins de santé, etc. C'est l'une des activités pour lesquelles nous travaillons en étroite collaboration avec Belfius. La vision de Belfius sur l'investissement durable avec impact rejoint entièrement la philosophie de Candriam. Ce n'est pas sans raison si notre nom dérive de l'anglais Conviction AND Responsibility In Asset Management. " https://trends.levif.be/economie/trends-information-services/des-criteres-de-selection-stricts-ainsi-qu-un-suivi-actif-garantissent-des-investissements-durables-et-pleins-de-sens/article-publishingpartner-1309189.htmlNaïm Abou-Jaoudé:" Le partenariat belge entre Belfius et Candriam offre également une alliance unique de savoir-faire: une gestion d'actifs avec une expertise étendue, de dimension internationale, et une expérience inédite de Private Banking et de Wealth Management adaptée aux besoins de la clientèle belge. Cette étroite collaboration de près de 25 ans démontre bien nos complémentarités et nos valeurs partagées. "Naïm Abou-Jaoudé:" La plupart des pays développés ont pris un large éventail de mesures pour protéger la population contre la perte de revenus. Mais la contraction de l'économie n'a pas pu être compensée. Tant en Europe qu'aux États-Unis, on s'attend à une diminution de 30% des investissements de la part des entreprises. Sans stimuli fiscaux supplémentaires, cela risque d'entraîner un effet négatif à long terme. "" Heureusement, les dirigeants européens sont récemment parvenus à un accord sur un fonds de relance de 750 milliards d'euros. Il doit contribuer à une reprise économique dans les pays ayant été le plus touchés par la crise, comme l'Italie et l'Espagne, ainsi qu'à une nouvelle dynamique d'investissement dans toute l'UE. Nous pensons que c'est le moment idéal pour l'Europe d'investir massivement dans une économie plus durable, en tenant largement compte de la protection de l'environnement et de la qualité de notre cadre de vie. " Vincent Hamelink:" Je suis optimiste. Il y a 10 ans, 5% de notre portefeuille étaient investis dans des fonds répondant aux critères ESG, alors qu'aujourd'hui ce chiffre s'établit à 35% ! Mais cette croissance n'est pas un objectif en soi. Notre véritable objectif, en coopération avec Belfius Private Banking, est de convaincre les clients que leur capital génère de meilleurs rendements dans des fonds durables et qu'ils peuvent en même temps avoir un réel impact sur toutes les parties prenantes. " Naïm Abou-Jaoudé:" Nous assistons à une augmentation croissante de l'importance de l'impact sociétal des investissements, une évolution que nous ne pouvons qu'applaudir. Car Candriam ne se concentre pas uniquement sur les investissements, mais entend aussi jouer un rôle actif au sein de la communauté financière, afin de créer davantage de durabilité pour la société dans son ensemble - une responsabilité qui nous tient à coeur. Nous la mettons en oeuvre de deux manières : d'une part, via nos fonds, qui investissent directement dans des entreprises qui font la différence et, d'autre part, en dédiant une partie des revenus générés par ces fonds à l'inclusion sociale, la formation ou la recherche. Ainsi, l'impact est double, tant sur le plan financier que sociétal et environnemental, et nous pouvons réellement faire la différence avec nos clients. " Vincent Hamelink: " Nous avons lancé des solutions d'investissement sur le cancer, le changement climatique, l'économie circulaire et nous planchons sur la création de plusieurs fonds ayant tous un impact positif sur la société et axés sur des thèmes spécifiques comme la santé, la diversité, l'environnement et le vieillissement de la population. " https://trends.levif.be/economie/trends-information-services/le-covid-19-renforce-la-tendance-d-une-gestion-durable-et-generatrice-d-impact-des-actifs/article-publishingpartner-1304719.htmlVincent Hamelink: " Nous misons de plus en plus sur la technologie. Les big data gagnent en importance et sont déjà pleinement utilisées, comme par exemple pour le suivi de la pandémie actuelle : les données relatives à l'intensité du trafic peuvent ainsi fournir une indication importante sur la reprise économique. Dans nos analyses de durabilité des entreprises, nous nous basons également sur une masse de données, fournies par les entreprises elles-mêmes, des organismes de contrôle et des ONG. Outre les recherches approfondies effectuées par nos analystes, nous avons aussi recours à l'intelligence artificielle, afin d'obtenir de meilleures informations, encore plus rapidement. "Naïm Abou-Jaoudé: " Nous sommes constamment à la recherche d'entreprises innovantes qui répondent aux enjeux de demain - climat, raréfaction des matières premières, évolution démographique, soins de santé, creusement des inégalités... - en créant et développant des solutions technologiques durables et moins consommatrices pour notre planète. Nous constatons que la crise sanitaire mondiale a encore renforcé la puissance et la vitesse de ces mégatendances, et l'urgence d'y répondre. Nous avons clairement remarqué que les entreprises qui s'adaptent dans ce sens ont mieux résisté pendant la crise du Covid-19 et nous sommes convaincus qu'elles profiteront également de la croissance structurelle au cours des prochaines décennies. "