L'initiative émane des entrepreneurs belges Sébastien Deletaille et Frédéric Pivetta. Défenseurs dudata for good, tous deux ont travaillé sur des modèles d'analyse de la mobilité des populations lors des épidémies Ebola et Zika.
...

L'initiative émane des entrepreneurs belges Sébastien Deletaille et Frédéric Pivetta. Défenseurs dudata for good, tous deux ont travaillé sur des modèles d'analyse de la mobilité des populations lors des épidémies Ebola et Zika.Les données de géolocalisation, transmises par les opérateurs télécoms de façon agglomérée et anonymisée, offrent une vue unique sur les déplacements des Belges au cours de ces premières semaines de confinement, ce qui permet de voir si les mesures prises par le gouvernement sont bien respectées. Elles devraient également fournir des informations sur la propagation de l'épidémie et sur les foyers infectieux à surveiller. Pour cela, les données de déplacement seront croisées avec les données relatives aux nouveaux cas de Covid-19 fournies chaque jour par l'institut de santé publique Sensano. Chaque semaine, la task force Data Against Corona dressera un nouveau rapport d'analyse. " L'objectif est d'aider les autorités à prendre des mesures visant à aplatir la courbe de progression de l'épidémie, et ensuite à empêcher une deuxième vague épidémique, lorsque la décrue sera enclenchée ", évoque Laurent Hublet, CEO de BeCentral et membre de la task force. L'initiative belge est suivie de près par d'autres pays européens et africains, ajoute Laurent Hublet. Elle a le mérite de combiner l'utilisation des données à des fins de santé publique au respect de la vie privée. Contrairement à des applications de surveillance très intrusives créées notamment en Chine ou en Israël, la plateforme belge garantit l'anonymisation des données et s'interdit de les utiliser à des fins de contrôle social individuel. Associée dès le départ à la task force, l'Autorité de protection des données est là pour s'en assurer.