En croissance constante depuis des années, le commerce en ligne ne faiblit pas. La crise sanitaire a d'ailleurs confirmé cette tendance. En favorisant les achats en ligne, l'espace public se voit délaissé. C'est en partant de ce postulat que des étudiants allemands en architecture ont imaginé des espaces de rencontre où les acheteurs pourraient revenir chercher leurs colis.

Réduire la distance, les trajets et augmenter l'offre de récupération

Comment les points d'intersection entre les livraisons de colis et les clients pourraient-ils être replacés dans le domaine public ? Comment la distribution des colis devrait-elle être organisée pour que les acheteurs en ligne puissent obtenir leurs marchandises rapidement tout en consommant moins d'énergie et en produisant moins de déchets d'emballage ? C'est ce que se sont demandé des étudiants à l'université des sciences appliquées de RheinMain. Ces questionnements concernent non seulement la ville, mais aussi, et surtout la campagne où la demande est encore plus forte.

Les achats en ligne avec une touche humaine

Parmi les idées : une livraison de colis sur les lieux de travail pour minimiser le nombre de déplacements des clients et du personnel de livraison. Ou encore : établir des clubs de livraison. Ces derniers serviraient en quelque sorte de plaque tournante pour la distribution et l'organisation. Ces lieux pourraient servir à la fois de cafétéria, de bar, de cinéma, ou même de logement pour livreurs. L'idée maîtresse : la distribution de colis en combinaison avec un sens de la communauté et de l'entraide.

En croissance constante depuis des années, le commerce en ligne ne faiblit pas. La crise sanitaire a d'ailleurs confirmé cette tendance. En favorisant les achats en ligne, l'espace public se voit délaissé. C'est en partant de ce postulat que des étudiants allemands en architecture ont imaginé des espaces de rencontre où les acheteurs pourraient revenir chercher leurs colis. Comment les points d'intersection entre les livraisons de colis et les clients pourraient-ils être replacés dans le domaine public ? Comment la distribution des colis devrait-elle être organisée pour que les acheteurs en ligne puissent obtenir leurs marchandises rapidement tout en consommant moins d'énergie et en produisant moins de déchets d'emballage ? C'est ce que se sont demandé des étudiants à l'université des sciences appliquées de RheinMain. Ces questionnements concernent non seulement la ville, mais aussi, et surtout la campagne où la demande est encore plus forte. Parmi les idées : une livraison de colis sur les lieux de travail pour minimiser le nombre de déplacements des clients et du personnel de livraison. Ou encore : établir des clubs de livraison. Ces derniers serviraient en quelque sorte de plaque tournante pour la distribution et l'organisation. Ces lieux pourraient servir à la fois de cafétéria, de bar, de cinéma, ou même de logement pour livreurs. L'idée maîtresse : la distribution de colis en combinaison avec un sens de la communauté et de l'entraide.